AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Stats  

Partagez | 
 

 Quelque chose ne tourne pas rond chez Ether ... Pardon, Beryl ! :3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eleveur



Feuille de personnage
Pokédollards: 3000P$
Points: 43 pts
Equipe:
Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 11/03/2012

MessageSujet: Quelque chose ne tourne pas rond chez Ether ... Pardon, Beryl ! :3   12.03.12 0:30




▬ Surnoms : Arlequin.
▬ Sexe : J'suis un monsieur, moi !
▬ Âge : 15 ans.
▬ Profession : Éleveur.
▬ Région : Johto.
▬ Genre de Pokémon souhaité : Après avoir farfouillé sur Pokébip pour voir qui lui correspondrait le mieux, j'en suis venue à la conclusion que Kecleon est son sosie Pokémon, pour le côté caméléon, étrange et avec une grande langue pour manger TOUT LE SUCRE DE LA PLANÈTE ! (En plus ils ont les mêmes couleurs de base). ♥ S'il vous plaît, je serais sage ! (En plus moi mes préférés c'est plutôt Goupix et Fantominus, mais pour Beryl, Kecleon collerait juste super bien). *_*

A noter également que Beryl est TRAUMATISÉ par les pokémons femelles. Un pokémon où le sexe ne se différencie pas trop ne l'effraiera pas, mais s'il tombe sur un Poissirène, un Joliflor, un Lipouttou, ou encore un Qulbutoké (Rouge à lèvres inside), il risque de faire une crise de tachycardie et de se rouler en boule en fermant les yeux pour attendre que ça passe.


Apparence physique




    — Doux Jésus, Monique ! Je savais bien que ce n'était pas de la menthe que tu as mis dans mon infusion ce matin. Regarde ce qui se trouve devant ma porte, un gamin qui se prend pour un arbre à bonbons, avec des cheveux verts et jaunes ! A moins que ... Oh non, faites que ce ne soient pas encore des témoins d'Arcéus ! Ils sont encore plus omniprésents que les sbires de la Team Rocket qui veulent recruter, ces temps-ci.

    — Mais non, ce n'est que le fils des Zapeto, Richard ! Ils l'ont envoyé nous donner des nouvelles de nos Pokémon. Va lui ouvrir, et sois gentil avec lui, tu veux bien ? Je ne peux pas le faire moi-même, à chaque fois qu'il me voit, il s'enfuit en courant.

    — Ils sont pas finis, dans cette famille. Tu me rappelles pourquoi on leur confie l'élevage de NOS Pokémons ?

    — Le jour où tu vois une autre pension dans ce trou paumé, fais-moi signe !

    Un sapin de noël ambulant, ou un ami imaginaire aux goûts vestimentaires aussi douteux que la reine d'Angleterre et Lady Gaga réunies en une seule personne ? Toujours est-il que malgré sa petite taille et son corps tout frêle et fragile attirant tous les regards des Shotacons sur lui comme une nuée d'abeilles déchaînées, Béryl passe difficilement inaperçu. C'est bien là tout son problème. Lui qui déteste tant les regards des autres, surtout de la part de la gente féminine. Pourtant, il essaie de faire des efforts en s'habillant de toutes les couleurs, pour se fondre dans la masse comme un caméléon. Mais rien à faire, on continue de le regarder comme une bête de foire.

    Jamais, au grand JAMAIS vous ne croiserez Beryl sans ses sucreries à moitié mâchouillées, accrochées un peu partout dans sa tignasse aux tons verdâtres. Pour lui, ce serait comme sortir en boxer et pantoufles au milieu du grand centre commercial de Doublonville un samedi après-midi. Fait amusant, d'ailleurs : Si vous associez sa chevelure douce et sucrée comme de la barba-papa — Cette phrase est sponsorisée par cloréal © — à celle de Chester, vous obtiendrez un écosystème entier, moelleux à souhait pour couver en toute sécurité vos œufs de Pokémons peu recommandables. Sa frange restée étonnamment blonde lui retombe quant à elle en petites mèches frisées et rebelles sur le milieu du visage, mais il a trouvé LA solution en repoussant le tout à l'aide de barrettes en réglisse.

    Malgré des attraits assez enfantins, et une peau aussi douce que celle d'un bébé panda — Si si, je vous assure qu'après une bonne dose de cigarette qui fait rire, les pandas ont de la peau et non plus des poils — le visage de Beryl a quelque chose de dérangeant. Quelque chose qu'on ne repère pas forcément au premier coup d'œil. Peut-être que cette impression vient de son épiderme trop blanc, limite maladif, donnant l'impression d'un enfant qui ne sort jamais de sa chambre. Pourtant, dès qu'il est effrayé par quelque chose ou gêné, son visage prend des teintes rosées au quart de tour. A moins que ça ne vienne de ses yeux. Depuis cet incident de sucette dans son enfance lui ayant enlevé les trois quarts de sa vision à son œil droit, il masque celui-ci sous des lentilles de vision colorées, ce qui lui donne l'air d'avoir des yeux vairons. Son sourire a lui aussi quelque chose d'artificiel et perturbant. Au lieu d'esquisser légèrement un haussement de lèvres, il laisse son visage se déformer en un gigantesque croissant de lune, dévoilant ainsi toutes ses dents. Aussi, lorsqu'il voit une friandise, il laisse échapper un filet de bave ou fait dépasser sa langue de sa bouche comme un bouledogue attendant impatiemment son os en récompense.

    D'une manière plus générale, le fils des Zapeto semble venu tout droit d'une autre dimension spatio-temporelle. Rien n'est dans la norme chez lui. Alors certes, vous me direz qu'on est dans le monde Pokémon, ce monde merveilleux où on lâche ses enfants à 10 ans dans la cambrousse pour devenir les maîtres du monde, sans se soucier du fait que des gros vilains montagnards moustachus traînent dans les grottes ou du fait que la Team Rocket rôde. Pensez-vous, ils ont leurs starters — Niveau 5 au début, rappelons-le — pour les protéger des mauvaises personnes ! Mais même dans cet univers rempli d'adultes irresponsables et dirigé par un gamin de 13 ans perdu on ne sait où dans les montagnes avec un Pikachu niveau 90, Beryl passe pour un alien. Tout ça à cause de ses chaussettes rayées, de son vernis multicolore et de sa démarche sautillante. Ou de plein d'autres petits détails dérangeants évoqués plus hauts.


Mentalité/Caractère




    Rien ne fonctionne de façon correcte, dans le cerveau de Beryl. Les choses ne sont pas à leur place, il manque une certaine logique, un fil directeur. Depuis tout petit, il a peur de tout. Partir à l'aventure pokémon, se battre dans des arènes et dormir en campant dans les hautes herbes ? Brr ! Ja-mais. Le monde extérieur est beaucoup trop redoutable, pour un trouillard comme lui. Malheureusement, papa Zapeto en a décidé autrement. Comment a-t-il pu lui faire ça, alors qu'il sait très bien que son fils unique est incapable de dormir seul dans une chambre sans veilleuse reflétant des Pokémon parfaitement inoffensifs sur les murs ? Et ses deux teignes de cousines y sont pour quelque chose. Les principales peurs de Beryl sont dues à des traumatismes qu'elles lui ont fait subir dans son enfance. Sa phobie de l'obscurité et des endroits fermés, par exemple, à cause de l'épisode de la grotte. Sa peur des hommes chauves, quand elles lui ont conseillé d'accepter la sucette d'un inconnu dans la rue et qu'il a failli se faire embarquer à l'arrière d'une camionnette et revendre au trafic d'organes, si son père n'était pas intervenu. Et bien entendu, sa phobie des femmes, après les blessures émotionnelles dues à sa mère, sa belle-mère et aux deux jumelles.

    Bien qu'il ait accepté de faire une exception pour le Poissirène de June, Béryl a également une peur bleu de la viande, à cause de ce moment où elles lui ont fait croire qu'il venait de manger le Raichu de son père — Depuis, il ne se nourrit quasiment plus que de sucre, de peur de manger des Pokémons innocents.

    Selon les mauvaises langues, la combinaison du sucre en trop grande quantité et des vapeurs dégagées par certains pokémon plantes de la pension auraient fait de lui un être totalement détraqué et en décalage avec le monde extérieur. Pourtant, Béryl est loin d'être une mauvaise personne. Croyez-le ou non, quand vous arrivez à gagner sa confiance, il ne vous lâchera plus les semelles et sera aussi doux et affectueux qu'un agneau. Peut-être un peu trop, même. Bon, croisez juste les doigts pour qu'il ne croise pas la route d'un Pokémon femelle trop ostentatoire. Dans 95 pourcent des cas, il fuira avant de l'avoir regardé dans le blanc des yeux, mais ... Sait-on jamais. Il pourrait se prendre pour un Pokémon et se mettre à lui faire des attaques combo griffe, morsure et pied sauté ! Bon, l'efficacité n'est pas garantie contre un Pokémon sauvage. Ah ... Si seulement il avait un Pokémon de compagnie, il pourrait peut-être l'envoyer se battre à sa place et arrêter de se cacher derrière les fourrés, à chaque bruit suspect.

    Ne dit-on pas que la curiosité est un vilain défaut ? Car même s'il a peur de tout, Béryl ne peut pas s'empêcher de fouiller partout partout, dans l'espoir de trouver des choses merveilleuses et invisibles à l'œil nu. Incapable de tenir en place, il agit comme une véritable boule de nerfs tant qu'il n'a pas trouvé d'occupation digne de ce nom. Même s'il a du mal à s'approcher naturellement des inconnus, et SURTOUT si ce sont des filles, il n'a rien d'un sociopathe dépressif ou suicidaire. Au contraire, c'est un garçon plutôt jovial malgré toutes ses crises de panique.

    A présent, une devinette : Quel est le point commun entre Béryl et tous les Pokémon chats ou toxiques du monde ? Ils HAISSENT les douches par-dessus tout. Pour le traîner prendre un bain, il faut lui promettre une montagne de sucre en échange. Et encore, il essaiera de trouver tous les moyens pour esquiver ce moment désagréable et garder sa peau toute collante sentant bon la barbapapa. Il pourrait au moins avoir un petit côté organisé pour rattraper le côté petit-garçon-de-la-jungle, mais non ! Pas quand on se sert de sa tête comme d'un porte-manteau vivant pour y entreposer ses confiseries.

    Une autre particularité du jeune Zapeto : Ni son corps, ni son esprit ne semblent avoir accepté de grandir. Devenir adulte, c'est accepter que le monde extérieur n'est pas rempli de personnes qui vous veulent du mal et être capable de se débrouiller par soi-même. Et c'est fermer son esprit à toutes les choses amusantes et merveilleuses qu'on peut voir en ayant un minimum d'imagination. Béryl adore également se déguiser avec tout ce qu'il peut se mettre sous la main dans l'espoir d'impressionner les Pokémon sauvages qui lui voudraient du mal, et de se faire aimer des Pokémons ayant un bon fond.

    Ah, j'oubliais. Même s'il a du mal à compter sur les autres, Béryl est aussi naïf et insouciant qu'une petite fille de 8 ans. Si vous lui faites des allusions douteuses, il ne comprendra absolument rien et prendra tout ce que vous direz au pied de la lettre. De même, si vous trouvez de bons arguments pour en faire votre pigeon numéro 1, il vous suivra jusqu'au bout du monde, et même encore après !




Histoire




    Citation :
    Si tu avais été au courant, qu'est-ce que tu aurais fait ?

    Il suffit d'écouter les rumeurs du village. Certes, la pension de tes parents est renommée dans toute la ville, mais à quel prix ? Des rumeurs courent, comme quoi la femme qui te sert de mère ne peut s'empêcher de faire des parties de jambes en l'air avec la moitié du village, et que ton père multiplie les voyages d'affaires pour arrondir ses fins de mois, en aidant la Sylph Sarl dans une affaire plus que mystérieuse et douteuse. Depuis tout petit, tu fais semblant de ne rien voir. Tu préfères passer tes après-midis à respirer les émanations d'un Raflésia qui te bouffe le cerveau petit à petit. Ouvre les yeux, Béryl ! Tu ne pourras pas passer ta vie dans un enclos à Pokémon à manger du sucre et à te shooter au Raflésia. Les gens parlent de toi, également. Ce gamin trop petit, qui se prend pour un pokémon et qui passe sa vie déguisé à construire des cabanes pour ses "amis" de la pension. Ce gamin, dont la seule passion est de jouer du xylophone.

    Maintenant, arrête de geindre, renseigne toi et pars à l'aventure Pokémon. Cet environnement est néfaste pour toi.

    — Dis June, tu crois qu'il souffre ?

    — Actuellement, non. Il a l'air plutôt heureux, même. Regarde son filet de bave !

    — C'est l'effet des tranquillisants, ça. Tu penses pas qu'on a été un peu trop loin avec lui ?

    — Voyons, April. Il a mangé mon poissirène en brochette. C'est bien mérité, je pense ! J'espère qu'ils le garderont encore un peu chez les fous, en punition.

    — ... C'est vrai, mais ...

    — Pas de mais qui tienne. La vengeance est un plat qui se mange froid ! Quand il se sera attaché à son premier pokémon, je lui ferais sa peau.

    — Tu dois avoir raison. Excuse-moi.

    June et April. Deux noms qui représentaient des saisons douces et agréables, mais portés par les jumelles les plus pestes que Béryl ait connu au cours de son existence. A chaque période de vacances, c'était la même chose. Son oncle venait à la maison, emmenant avec lui ses deux filles. Ayant du mal à parler normalement avec les personnes de son âge, c'était une excellente occasion pour lui d'essayer de vaincre sa timidité. Et puis, elles étaient les deux seules personnes de sa famille n'ayant pas encore le visage plein de rides ou de boutons d'acné. Mais les choses n'avaient pas tourné exactement comme il l'aurait souhaité.

    Pourtant, au départ, tout avait l'air d'un jeu innocent entre gamins. Ravi d'avoir l'opportunité de pouvoir discuter avec autre chose qu'un Pokemon — les gens de sa classe préférant l'éviter par peur d'attraper du diabète — Béryl était prêt à tout pour se faire accepter par celles-ci. Même à accomplir des missions plus stupides et périlleuses les unes que les autres, pour qu'elles l'acceptent enfin comme un des leurs. Leur construire des cabanes au sommet d'un arbre, traverser des hautes herbes pleines de Pokemon-insectes pieds nus, ranger leurs chambres aussi bien rangées qu'un quartier de Bagdad pendant une période d'émeutes, ou encore plonger dans l'eau glacée pour leur pêcher des Crabbys jusqu'à se faire pincer les doigts. La liste de tout ce qu'il avait dû faire pour elles était longue. Mais ce n'était jamais suffisant pour elles. Il devait leur en apporter toujours plus. Et pourtant, Béryl gardait espoir qu'un jour, ils puissent enfin devenir amis.

    — Et si on allait jouer dans le Mont Creuset ?

    — Hein ? M-Mais c-c'est dangereux là-bas ! Et c'est plein de Pokémon sauvages

    — Viens avec nous. Tu ne voudrais pas me fâcher, n'est-ce pas ? Et ne t'en fais pas, j'emmène mon Poissirène avec moi, et April emmènera son Floravol !

    — M-Mais j'ai pas de Pokémon à moi. Et il fait tout noir.

    — Espèce de mauviette. Tu fais ce qu'on te dit et on va jouer là-bas !

    — Ou on va dire aux parents que tu as été méchant avec nous, et tu seras privé de sucreries.

    — J-Je ... Bon, d'accord ! Mais c'est que parce que je veux des bonbons.


    Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour des friandises. C'est dans l'espoir de se faire enfin accepter par ses cousines et de ne pas se faire encore priver de sucre à cause de leur délation permanente que Béryl accepta de les suivre. Et puis, en compagnie de deux pokémon de garde, qu'est-ce qui pouvait lui arriver de mal ? C'est du moins ce qu'il essayait de se dire pour se rassurer. Mais en réalité, il était tout angoissé, et suivait au pas les deux jumelles, dans l'espoir qu'elles puissent le défendre en cas d'attaque de Nosferaptis ou de Racailloux énervés. Ou pire encore. Il faisait tellement sombre dans cette grotte. Et si un monstre terrifiant se cachait là, assis dans l'ombre en attendant de la chair fraiche à dévorer. Elles y avaient pensé à ça ? Visiblement non. Elles ne cessaient d'avancer, encore et encore. Par où ils étaient rentrés déjà ? Le savaient-elles, ou allaient-ils mourir de froid et de faim dans cette grotte, à cause d'un jeu stupide ?

    Et puis, ce qui devait arriver arriva. Profitant d'un moment d'inattention de leur cousin, durant lequel il s'était recroquevillé sur lui-même, tout tremblant de peur, après avoir vu quelque chose bouger — Car oui, il faut le reconnaître. Beryl est un sacré trouillard — les deux gamines avaient pris la poudre d'escampette, le laissant livré à lui-même, complètement perdu au milieu d'une caverne pleine de dangereux pédophiles Pokemon hostiles. Ce n'est que le lendemain qu'on le retrouva à moitié évanouit, des bleus plein les bras. Il avait non seulement passé une nuit entière en compagnie de Pokemon roches pas forcément très sympathiques et de nosféraptis lui ayant sucé le sang, en ayant de base peur du noir et des endroits enfermés. Autant dire qu'il en ressortit un peu différent — A noter que dès le lendemain, plusieurs de ces saletés de chauves souris stalkeuses qu'on trouve partout dans toutes les grottes auraient été atteintes de cas de diabète assez soudains et inexplicables — Désormais, il ne ferait plus jamais confiance à ses deux cousines. Jamais ! Il allait leur dire de ce pas.
    ...

    « Il va mieux. Il peut de nouveau prendre des bains sans surveillance et manger ce qu’il cueille lui-même. Par contre, ne lui laissez surtout aucun objet lourd ou dangereux à proximité d’un Pokémon. Ne le laissez jamais seul en fait, c’est plus sûr. Oh, et je ne pense pas que le laisser avec ses cousines soit une bonne idée. Essayez de les tenir éloignées de lui au maximum. »



    Cher Monsieur journal,

    Je suis rentré à la maison aujourd'hui ! Si tu savais comme j'ai peur. Pourtant, papa me dit qu'elles ne reviendront plus ici. Jamais. Il faut dire que quand June m'a enfoncé un bâton de sucette dans l'œil, et que j'ai perdu les trois quarts de ma vision, ça a été un choc, et il a décidé d'oublier toutes mes bêtises passées. Mais je le sens distant. Comme si j'étais un cinglé, comme on en voit qu'à la télé, et qu'il devait me traiter avec précaution.

    Pourtant, elle l'avait bien cherché à m'abandonner en plein milieu du Mont Sélénite ! Mais le fait de voir son Poissirène (Qui n'était même pas à elle, mais que papa lui avait donné parce que la mère-poisson avait pondu trop d'œufs) transformé en délicieux plat plein de sauce barbecue lui était resté en travers de la gorge. Alors, elle m'a agressé avec un bonbon, en faisant semblant de me l'offrir pour se faire pardonner. Du coup, papa a préféré m'emmener faire un séjour prolongé à l'hôpital pour me réparer, moi, mon œil et mon cerveau. Soi-disant, parce que je souffrais de graves troubles psychologiques.

    Je crois que c'est le monde à l'envers en ce moment. Je ne parle pas de ma vue qui est devenue complètement réduite, mais du fait que je n’ai pas arrêté de voir papa à la maison depuis l'accident, alors que maman n'a donné aucun signe de vie. Papa dit que tout va bien, et qu'elle reviendra vite.

    Je dois te laisser, j'entends des bruits de pas dans le couloir. A demain !

    Lundi 23 mars 20xx.

    Après un mois sans nouvelles, durant lequel elle partit sans prévenir personne en Australie avec son nouveau copain, la mère de Béryl fit son grand come-back. C’est à partir de ce moment qu’il décida de ne plus jamais faire confiance aux femmes. Tout ce qu’on lui avait dit jusqu’ici et qu’il avait refusé de croire était vrai. Hé non ! Toutes ces journées où il avait entendu sa mère hurler sa joie à travers la maison, il ne s’était douté de rien et continuait de croire innocemment que celle-ci était heureuse que des œufs de Pokémon éclosent ou d’avoir une famille soudée qui s’aime. Quand elle revenait à moitié haletante et déshabillée le soir, ce n’était pas d’un cours de natation, comme elle s’amusait à lui faire croire. Et quand elle disparaissait plusieurs semaines, c’était pour partir en voyage avec les hommes qui l’entretenaient. Mais vous comprenez, c’était trop gros à accepter, pour le petit cerveau de Béryl. Alors il décida d’en faire un angle mort mental et de développer un traumatisme aigu envers toutes les femmes, et même envers les Pokémon femelles qui n’avaient rien demandé à personne. Après l’épisode des jumelles, c’était trop.

    — Béryl, je dois te présenter quelqu’un ! Viens dire bonjour à Kaythleen, ma nouvelle … « amie ».

    — U-Une femme ? M-Mais papa ! Elle va te dépouiller et t’abandonner quand tu te seras attaché à elle. Quitte-la quand il en est encore temps.

    — Béryl, reviens TOUT DE SUITE et excuse-toi auprès d’elle !

    — N-Non, elle me fait peur ! Et son Pokémon aussi ! Il est moche et rose qu’il en peut plus.

    — Très bien, tu es privé de sucreries pour le MOIS ENTIER ! Et viens t’excuser IMMEDIATEMENT auprès d’elle et de son Snubull !

    — Naon ! J-Je veux pas ! Fais-la partir avant.

    — … Diantre ! Ce gosse est intenable. Je sais plus quoi en faire. Excuse-le Kayth. Il souffre de quelques problèmes mentaux à cause de sa mère.

    — Oh, ne t’en fais pas. Ni moi, ni Pupuce n’en tiendrons rigueur. C’est normal pour une fille de son âge d’être attachée à son père. Je suis sûre que nous deviendrons de très bonnes amies.

    Oui, vous avez bien lu. Cette inconnue au look parfait de secrétaire cochonne pompe-à-fric s'était non seulement accaparée de SON papa, mais le prenait pour une petite fille. Et monsieur Zapeto ne cherchait même pas à le défendre, face à cette morue de mauvaise qualité, comme on en trouve à moitié morte asphyxiée dans un aquarium à Leader Price. Non seulement, son cerveau était atrophié, mais en plus, son parfum sentait tellement fort l’hormone qu’on pouvait la repérer des mètres plus loin à l’odeur. Au début, Kaythleen — puisqu’il fallait l’appeler par son prénom — ne faisait que passer de temps en temps. Mais très vite, sa senteur insupportable, ses pokémon roses comme des fesses de bébés et sa cargaison de valises vinrent envahir la maison familiale des Zapeto pour s’y installer définitivement. Elle aurait pu au moins le laisser jouer tranquillement dans le jardin ou dans sa chambre. Mais non. Il fallait toujours qu’elle soit sur son dos à le déguiser en une charmante petite fille et à s’en servir de tête à coiffer. Cette truie avait même osé lui laver et lui démêler les cheveux en enlevant toutes les sucreries que Béryl avait mis des mois à acquérir et gardait là comme des précieux trophées.



    Mais très vite, la peur de Béryl envers la gente féminine se transforma vite en un traumatisme. Non seulement, il évitait sa belle-mère comme la peste, mais il se mit à attaquer à coups de dents et de sucette tous les Pokémons à apparence femelle de la pension. Des plaintes de coups et blessures envers de « si charmants Mélofées » commencèrent à arriver en masse auprès du paternel qui décida de le mettre à la porte, lui et son sac à dos, afin de ne pas nuire à la réputation de la pension.

    — Ça suffit maintenant ! Je ferme les yeux depuis trop longtemps sur ton cas, mais ça fait un moment que j’aurais dû faire cela. Pars à présent. Vis ta vie, et ne reviens que quand tu seras devenu quelqu’un. Un rocket, un coordinateur, un dresseur ou dieu sait quoi encore. En tout cas, je ne te souhaite pas de devenir éleveur, vu comment tu traites les Pokemons.

    — M-Mais … L-Le monde extérieur est trop effrayant ! Et puis j’aime les Pokémons. C’est juste ces satanées femelles et leurs regards en biais qui .. Brr !

    — Va-t’en, fils ! Fais ce que tu veux de ta vie, mais je ne veux plus te voir ici. Tu aurais dû partir à l’aventure Pokémon beaucoup plus tôt. C’est ma faute, je t’ai trop couvé. J’espère que tu auras grandi, quand on se reverra.

    Clac.





Starter


▬ Surnom : Guacamole.
▬ Race : Kecleon. Pokémon Caméléon.
▬ Sexe : Mâle.
▬ Le dresseur l'apprécie-t-il : Bien sûr. Ils sont devenus inséparables dès le premier regard.
▬ Particularités (s'il en a) : Son oeil gauche part un peu en sucette (Ça vous rappelle quelqu'un, n'est-ce pas ?)
    Fasciné par les cailloux de formes étranges, Guaca ne cesse d'en ramasser sur son chemin, dans l'espoir qu'ils éclosent un jour - Car oui, il est persuadé que les bébés Pokémon naissent de n'importe quel type de caillou. Lorsqu'il a vu Béryl pour la première fois, ça a été un vrai coup de foudre. Pensez-vous, un véritable arbre à bonbons ambulant ! Depuis, il ne lâche plus d'une seule semelle ses cheveux, où il se cache en permanence. Il faut aussi noter que ce Kecleon déteste plus que tout les Ratentifs, depuis que celui d'un dresseur l'a défiguré avec une attaque mâchouille en plein sur son oeil. Depuis, il a fait le voeu secret de battre tous les Ratentifs de la planète. Guacamole est aussi un pokémon très câlin et joueur. Il adore la nourriture sucrée, et laisse traîner sa langue un peu partout, dans l'espoir de tomber sur quelque chose à manger.



Pringles, la Chips qui bave des miettes.


▬ Prénom / Surnom : Pringles.
▬ Sexe : *Soulève sa jupe* Coucou, je suis ton papa ! /OUT/ Bon, okay féminin.
▬ Âge : 20 ans.
▬ Personnage sur l'avatar : Nutty - Happy Tree Friends.
▬ Comment as-tu découvert le forum ? Par Chester et Flann'. ♥
▬ Autre Compte : Nop'
▬ Un commentaire? Peignons tous les moutons du monde en couleurs arc-en-ciel pour les chevaucher TOUTE LA JOURNÉE.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legilimens.go-board.net/
Alternating from week to week between Laf and sex - Administratrice
Alternating from week to week between Laf and sex - Administratrice

avatar



Feuille de personnage
Pokédollards: 2800
Points:
Equipe:
Nombre de messages : 511
Date d'inscription : 02/06/2010

MessageSujet: Re: Quelque chose ne tourne pas rond chez Ether ... Pardon, Beryl ! :3   24.03.12 18:29

J'ai tout lu hier, désolée si je te donne ta sélection que maintenant. En tous cas, j'ai beaucoup aimé lire ta fiche et en plus j'adore le personnage (même si j'avoue, j'ai pas capté le titre *filet de bave au coin de la lèvre* :>), c'était obligé que je m'en occupe. 'faut pas abuser §§!!
Alors, tu as droit aux six starters , à Apitrini et Excelangue qui sont tous les deux dans le registre de la nourriture : un la produit (du sucre, sinon ça ne collerait pas aha le jeu de mot même pas voulu... NUL)) et l'autre rafle tout ce qui est comestible. Et comme tu l'as dit, Kecleon, Béryl les cheveux en moins. Je te laisse choisir c:

Abra
Wattouat
Togepi

Chamallot
Stalgamin
Larveyette

Apitrini
Kecleon
Excelangue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eleveur



Feuille de personnage
Pokédollards: 3000P$
Points: 43 pts
Equipe:
Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 11/03/2012

MessageSujet: Re: Quelque chose ne tourne pas rond chez Ether ... Pardon, Beryl ! :3   24.03.12 18:38

    OH YEAH ! Tout plein de jolis Pokémons. *Joytears*

    Le titre, ça vient d'une bande annonce d'un film que j'avais vu y'a un MOMENT (Le film est vieux maintenant) qui s'appelait Ether avec une petite fille qui va pas bien dans sa tête et la première phrase c'était "quelque chose ne tourne pas rond chez Ether" (Elle faisait super-flipper et j'ai jamais voulu voir ce film, mais j'avais pas d'idées de titres). XD

    Bon, je pense que mon choix est fait pour la peine ! Je vais prendre Excellangue ... Non je plaisante. Bon, arrêtons ce suspense intenable ! *Kidnappe Keckleon, lui mange le visage et fait la danse de la pâte en l'air avec lui*.

    (Même si j'avoue que Wattouat, Chamallot, Abra et Apitrini sont supra cutes aussi).

    KECLEON, je t'adopte ! Viens voir papa. /OUT/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legilimens.go-board.net/
Blond de la Mafia - Administrateur
Blond de la Mafia - Administrateur

avatar



Feuille de personnage
Pokédollards: 570 $P
Points: 826
Equipe:
Nombre de messages : 1079
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Quelque chose ne tourne pas rond chez Ether ... Pardon, Beryl ! :3   15.04.12 14:54

Esfir a oublié de te donner les caractéristiques de ton Pokémon. Donc voilà pour toi.




Kécléon
Niveau 5

Attaque spéciale : Déguisement
Attaques :
• Larcin
• Mimi-Queue
• Étonnement
• Léchouille
• Griffe
• Étreinte


Objets données :
- 3 Pokéballs
- 2 Potions
- Pokédex
- 3000 P$

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelque chose ne tourne pas rond chez Ether ... Pardon, Beryl ! :3   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quelque chose ne tourne pas rond chez Ether ... Pardon, Beryl ! :3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Powa :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-