AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Stats  

Partagez | 
 

 Ava Rozena Kreuz. Quoi, mon nom est bizarre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Ava Rozena Kreuz. Quoi, mon nom est bizarre ?   27.06.12 18:10

Ava Rozena Kreuz


Votre personnage


▬ Surnoms : Ava se fait souvent appeler « gamine » par ses ainés et même ceux de son âge, à cause de son côté buté et capricieux. On la nomme également beaucoup « la radine », inutile de préciser pourquoi.
▬ Sexe : Féminin.
▬ Âge : 16 ans.
▬ Profession : Commandante de la Team Rocket.
▬ Région : Johto.
▬ Genre de Pokémon souhaité : Je suis assez large tant qu’il s’agit d’un 1ère ou 2ème génération, mais avec préférence Feu, Spectres ou Ténèbres. Surtout pas un Pokémon Insecte ou Plante.


Caractère


Ava est une jeune fille pleine de vie, et même un peu trop. Facilement, elle s’enflamme, pour le meilleur ou pour le pire. Si dure à contenir, elle en devient difficilement gérable. Lorsque le troisième âge déclare en souriant : « La jeunesse ! Ils ont bien de l’énergie ! On ne peut pas leur en vouloir ! », son entourage devient fou. Il est de loin dépassé, le seuil d’hyperactivité. Si Ava s’est mise quelque chose en tête, elle ne s’arrêtera pas avant de l’avoir fait, avec une motivation décourageante pour quiconque veut la raisonner : car peu de ses envies sont raisonnables. Ainsi est-elle une jeune fille des plus capricieuses, devenant fortement immature lorsqu’elle ne parvient pas à avoir ce qu’elle veut. Ayant eu presque tout ce qu’elle souhaitait durant son enfance, elle a du mal à sa faire une raison lorsqu’on lui dit « non ». Oui, Ava est ce qu’on appelle couramment une « pourrie-gâtée », jamais contente tant qu’elle n’a pas eu plus que ce qu’elle demandait.
Et pourtant, cette « vitalité » débordante peut partir en fumée d’un claquement de doigts. Lorsque la jeune fille est celle qui doit aider ou servir quelqu’un, sa motivation atteins le seuil le plus bas, et l’envie lui prend de s’étendre là où elle peut et d’hiberner le temps qu’il faudra, appelant au passage quelqu’un pour faire son travail à sa place. Il serait temps qu’elle apprenne à se débrouiller toute seule. Heureusement, dans ces cas de figure-ci, elle n’est pas difficile à contenter : donnez-lui une pâtisserie et son moral reviendra à la charge, elle vous suivra même en mangeant ; et si vous êtes à découvert, n’hésitez pas à la flatter jusqu’à ce qu’elle craque, elle n’est pas modeste de nature et aime toujours qu’on la complimente, elle acceptera bien de rendre un ou deux services si elle en est contente. Si son humeur n’est pas mauvaise et que vous êtes en mission, lui rappelez-lui que de l’argent est à la clef, cela suffira largement.
Son gros problème, comme dit plus tôt, c’est qu’elle ne sait pas se contenir : quelque soit l’émotion qu’elle ressentira, elle devient facilement trop forte et sort facilement. Ainsi s’énerve-t-elle un peu trop facilement pour des broutilles, prenant certains détails trop à cœur. De plus, elle est extrêmement sincère… lorsqu’il ne faut pas. Elle sort des méchancetés à tout va lorsqu’on lui déplait, et se contente de recevoir les compliments sans savoir que cela se retourne. Ceci mettant une grosse contraste avec son comportement lorsqu’elle est calme, ou elle se plait à mentir, même si elle préfère le terme « tourner la vérité de manière arrangeante ». Cependant ne pensez pas lui mentir, elle ne le supporte pas ! Enfin, racontez-lui ce que vous voulez, car même si il s’agit de la vérité, elle est très méfiante vis-à-vis de ce qu’on lui raconte, et part du principe que tout est basé sur un mensonge, lorsqu’il s’agit de l’expression de sentiments, émotions ou secrets. Elle ne croit que ce qu’elle voit. Et les vérités universelles « L’argent fait tourner le monde », « L’argent donne le pouvoir » et « Les insectes brûlent facilement ». Mais ne nous en préoccupons pas davantage, elle n’a pas besoin de vous croire ou non, cela ne change presque rien.
Son deuxième défauts est son immaturité trop présente par moments. En effet, un rien suffit à la faire retourner en enfance : rendez-la contente, donnez-lui ce dont elle raffole, ou observez-la lors d’un caprice, et vous constaterez qu’elle perd au minimum dix ans d’âge mental, à sauter de joie autour d’une pâtisserie de qualité, comme si elle l’adulait ; ou a s’acharner sur vous en tapant des pieds pour en avoir une ; même sa voix devient plus aigue. Mais vous ne la verrez jamais pleurer.
Ses troisièmes caractéristiques désagréables sont son arrogances et son amour pour son portefeuille. En effet il n’est pas rare qu’elle cherche à se placer au-dessus des autres, à les rabaisser comme elle peut, pour montrer sa « supériorité » fictive. De plus, elle aime faire vous faire vous sentir misérable. Oh, oui, elle en raffole. Peut-être est-ce pour se rassurer en se disant que quelqu’un est plus misérable qu’elle. Quant à l’argent… elle lui donne une trop grande place dans la vie : ayant compris très jeune que les riches étaient les plus forts, elle ne manque pas une occasion de s’en mettre plein les poches. Au moment de régler l’addition, la miss Ava fait la moue et se dérobe souvent, n’aimant pas avoir à dépenser un pokédollar. Elle a donc souvent des altercations avec les autorités à ce sujet.
Et des qualités, elle n’en a pas ? Si bien sûr, comme tout le monde. Elle en a une. Elle est très maligne. Elle possède une grande logique et un bon sens de l’observation dont elle sait parfaitement se servir. Elle peut être très tactique, et trouve toujours ou presque un moyen de se sortir d’affaire lorsqu’un problème la frappe. Malheureusement, elle ne se préoccupe que rarement de ce qui l’entoure tant que cela ne la concerne pas personnellement. Sans parler de sa désinvolture par rapport à la société qui l’entoure.
La jeune fille a parfaitement conscience du fait qu’elle soit bien souvent imbuvable, et que c’est pour cela qu’elle n’a pas vraiment d’amis, mais elle niera en avoir besoin. Elle préfère clamer que la solitude reste le mieux, et les biens matériels la meilleure des compagnies. Pourtant, elle n’est pas un alien, Ava est un être humain, et tout être humain ne peut évoluer pleinement et heureusement dans la solitude. Bien sûr qu’elle voudrait des amis ! N’est-ce pas pour cela qu’elle souhaite avoir un Pokémon ?


Histoire



« La vie est un théâtre et il n'y a qu'une seule représentation. »


Prologue :


Eh bien ? Je suis née. Mes parents sont riches. Mes parents sont puissants. Je suis riche et puissante. Mais c’est quoi être puissante ? A l’école, les autres enfants me regardent tous en coin. Certains viennent me parler, veulent qu’on soit amis. Mais au final, c’était juste pour obtenir quelque chose de moi. C’est ça être puissante ? C’est être différent des autres ? Mais pourquoi je serais plus différente que les autres ? Il y en a plein d’autres de différents. Pauvres. C’est ça ? La puissance, c’est la différence qu’apporte l’argent ? Mais pourquoi ? Quelle est son utilité ? Moi, elle ne m’est pas utile. Ou peut-être que si, sinon je serais toujours toute seule dans la cours. Mais la professeur nous a appris une « vérité universelle », comme elle dit : « Mieux vaut être seul que mal accompagné ». Je suis mal accompagnée. Je le sens. Ils sont tous gentils sans l’être vraiment. Je pense que c’est pour moi que la professeur a dit cette phrase. Par ce qu’elle m’a regardé en parlant. Mais qu’est-ce que je dois faire moi, alors ? Être seule ? Mais ce n’est pas amusant d’être seul. C’est triste… Pourquoi les autres qui sont d’un mauvais accompagnement ne devraient pas être seuls aussi ? A moins que… que je ne devienne une « mauvaise accompagnatrice » aussi. Pour les forcer à être seuls, aussi. Oui. Cela doit être ce qu’il y a de mieux à faire. Mais… je n’ose pas… Je ne sais pas comment m’y prendre… Je ne peux pas demander à la maîtresse… Alors je demanderais à mes parents.
J’ai demandé à mes parents. Ils m’ont demandé pourquoi une telle question. Je leur ai tout expliqué. Nous avons déménagé. Ils m’ont changé d’école. Et ils m’ont couverte de cadeaux pour ne plus que je sois triste. J’étais si triste que ça ? Mais, si j’allais dans une nouvelle école, est-ce que ça n’allait pas être pareil ? Non. Maintenant, je dirai non quand on me demande un service. Maintenant, je rirai aussi au nez des plus faibles. Maintenant, je serais de mauvaise compagnie. Mais une compagnie dont on ne se débarrasse pas facilement. Quitte à ne pas être aimé, autant l’être volontairement. Je suis arrivée dans ma nouvelle école pour la première fois. Je suis tout de suite allée vers un groupe d’enfants de mon âge. Ils avaient l’air sympathique. Je me suis montrée confiante. Même arrogante. Ils m’ont gardée. Ils ont compris qu’ils n’avaient pas le choix. Car j’étais puissante. Et je pouvais monter tout le monde contre eux avec mon argent. C’est ça, la puissance, finalement. Pouvoir détruire des existences en un claquement de doigts. Pouvoir réduire à néant les espérances d’un enfant. J’avais appris que l’argent n’était pas le seul à donner la puissance. Le nombre de personnes avec toi en donne autant. C’était pour ça qu’il me faudrait être riche et bien entourée.


Entracte :


Hé bien, maintenant je suis riche et bien entourée. Pas mal à treize ans. Pourtant, j’ai l’impression d’être toujours seule. Pourquoi ? Presque toute l’école est avec moi. Alors pourquoi ? Par ce qu’ils ne m’aiment pas ? Mais qu’est-ce qu’on peut bien en avoir à faire que les autres nous aiment ou ne nous aiment pas ?! J’ai mes parents, c’est suffisant, c’est ennuyeux si tout le monde s’aime ! Et c’est surtout impossible ! Mais alors je fais quoi ? Pourquoi je me sens mal ? J’ai tout ce que je veux, mes parents sont à mes pieds, l’école aussi, qu’est-ce que je peux bien avoir de plus ? … Des amis ? Après tout… Tout le monde en a. Sauf moi. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? … Tout, n’est-ce pas ? J’ai été méchante, arrogante et cupide. Normal que personne ne veuille de moi. Mais ce n’est pas ma faute… Non, pas ma faute, la leur. Alors tant pis. Je peux bien me passer d’eux…


Acte I :


J’ouvre les yeux. Je les referme. Ca me fait mal. Ma tête me fait mal. Mon corps me fait mal. Je les rouvre. Un meuble est tombé sur moi. Je les referme. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Et où je suis, d’ailleurs ? Réfléchir… Ah, oui, a Doublonville. Il y avait eu des évènements bizarres, plus tôt dans l’année. Une grande orage, je crois… Oui, c’est ça. J’avais eu plutôt peur, moi aussi, même si je ne l’avais pas dit. Je m’étais cloitrée dans ma chambre, en disant que j’étais de mauvaise humeur. Et ensuite ? Où je suis, maintenant ? Je n’ai pas de meuble comme ça dans ma chambre… Ah, oui ! On était parti acheter à manger, on n’avait plus rien ! Mes parents m’avaient dit de prendre tout ce que je voulais dans le magasin, c’est pour ça que je suis sortie même avec l’orage ! Je m’étais écartée de mes parents pour aller du côté des pâtisseries… Puis… puis… la terre s’est mise à trembler. Pas très fort, au début. J’ai commencé à paniquer. Puis c’est devenu encore plus fort. Très, très, très fort. Tout les meubles tombaient. Celui derrière moi s’est reversé, m’écrasant.
Voilà, c’était ça. Bon… J’essaye de bouger. Ca me fait mal… Comment faire ? Ah, oui, je sais. L’armoire n’a pas l’air de seulement reposer sur moi, sinon je serais en bouillie. Voilà, elle est en appui sur une boite ! Je devrais pouvoir me rouler en-dehors si il n’y a rien qui gêne autour. Regarder… C’est bon, la voie est libre. Je parviens à m’extirper de ma prison de fortune. Le magasin est ravagé. Ma tête me tourne, je me relaisse tomber au sol, rester debout est trop dur pour l’instant. Et mes parents ? Où sont-ils ? Ecrasé, eux aussi ? Est-ce qu’ils ont eu ma chance ? Je dois bouger de là… Chercher quelqu’un… Mes sens reviennent peu à peu. Je le sentis : le sol tremble toujours. Je n’y ai pas fait attention au début, pensant que c’était le coup sur ma tête. J’entends des cris. Qu’est-ce que c’est ? Je parviens finalement à me relever… Sortir. Vite. Trop dangereux à l’intérieur. J’entends les murs se fissurer. J’essaye d’accélérer le pas, et je trébuche sur quelque chose tombé par terre. Une main ! Sous des meubles ! Et du sang… Les craquements sont de plus en plus présents. Pas le temps de chercher qui c’est, tant pis. Tant pis. Juste sortir d’ici. Sans m’en rendre compte, je m’étais mise à courir. La porte est trop loin, je sort par une fenêtre, trop pressée d’échapper à ça. Mais dehors, tout est pareil. Des bâtiments effondrés devant des masses de gens en pleurs. C’est là que j’ai remarqué un détail. Moi, je ne pleurais pas. Il y avait pourtant de fortes chances que la personne écrasée, dans une marre de sang soit une des mes parents. Mais je ne pleurais pas. Je ne pouvais pas. Non, tout mon esprit est tourné vers moi-même. Je suis trop obnubilée par mon propre sort, j’en suis incapable de me préoccuper de celui des autres. De celui de mes propres parents. Je souris doucement. Alors c’était ça. Personne ne m’aimait, par ce qu’ils savaient que moi, si ils avaient vraiment besoin de moi, je ne les aiderais pas. Je l’avais cherché, non ? Je m’y suis mal prise… Mais maintenant, c’est trop tard, non ? Je regarde une dernière fois ce qu’il reste du magasin qui aurait pu être ma tombe. Des personnes me remarquent et accourent. Elles me demandent si je vais bien. Si il y a d’autres personnes à l’intérieur.
« -… Aucune idée. »


Acte II :


Un mois. Cela va faire un mois qu’il y a eu ces immenses secousses. Plus rien ne ressemble à ce qu’il en était autrefois. Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Pourquoi ? Comment ? Et moi ? Maintenant, je suis dans une pension, avec d’autres enfants qui ont comme moi perdu leurs parents le mois dernier. Beaucoup trop d’autres enfants. Je ne sais pas pourquoi, mais on avait demandé à tout le monde de venir à Doublonville. Pour un hommage, je crois. Pitoyable. A quoi ça sert ? S’apitoyer sur son sort est bien la dernière des choses à faire. Ca fait perdre du temps. Vous devriez plutôt vous mettre à fond pour tout reconstruire au lieu de poireauter comme ça à pleurer comme des fillettes ! Est-ce que je pleure, moi ? Non, bien sûr…
Il y a des gens bizarre. L’un d’entre eux fait parti du Conseil 4, je le reconnais. La vieille dame qui gère la pension me montre du doigt. Quoi encore ? C’est mal poli je te signale ! Ben tiens, voilà que le Conseil 4 vient me voir maintenant. Il se présente. Je sais qui tu es, merci. Il me demande de m’asseoir. Puis il commence à me rappeler ce qui est survenu récemment. Je serre les poings. Par ce que tu crois quoi, que j’hibernais quand tout ça est arrivé ?! Ensuite, il se met à me lister tout ce qui avait été détruit, et tout ce qu’il y avait à reconstruire. Mais qu’est-ce qu’il me veut à la fin ?!
« - Ecoute… Je sais que tu as déjà beaucoup perdu, mais, pour nous aider à reconstruire, on aurait besoin de l’argent de tes parents. On a regardé dans leurs papiers, et ils autorisent leur argent à être utilisé pour ce genre de situations. Je voulais juste que tu sois au courant, pour que tu n’ais pas de mauvaises surprises. »
… Quoi ? Quoi ? Quoi ?! A… Attendez… une minute… là… Vous êtes sérieux ? Vous… vous êtes tous sérieux ? Non. Il n’en est pas question. Non ! Je me lève d’une coup. J’imagine qu’on voit très bien que je suis énervée. Le Conseil 4 fait une tête désolée. Menteur. Tu t’en fiches. Par ce que tes biens à toi, tu les gardes. Par ce que tu es… puissant. Et moi, alors ?! Moi si tu me prends mon argent… tu me prends tout ! Mais tu t’en fiches !
Pourtant, je ne crie pas. Je le fixe avec rage. Il essaye de s’excuser :
« - Essaye de comprendre, on en a besoin… Toi, la pension s’occupera de toi… »
La pension ? Tu as vu tout les enfants dont elle a déjà à s’occuper ? J’ai quatorze ans ! Tu crois que je vais y rester encore longtemps, à ta pension ?! Je vais devenir quoi après sans argent moi ? Si j’ai plus d’argent j’ai plus rien ! Mon argent c’est tout ! Le conseil 4 s’en va. Attends une minute ?! Je rêve ou il me laisse en plan, comme ça ?! Non mais… Il est déjà dehors. Je ferme les poings de rage. Je hurle. Et je sort. Je n’ai rien à faire ici.


Epilogue :


Et maintenant, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire… ? Je n’ai plus d’argent, plus de parents, et certainement plus de maison. Hors de question de retourner dans cette pension. Tout le monde me regarde bizarrement. Juste par ce que je ne pleure pas. Ils sont pitoyables, pleurer ne fait pas avancer les choses. Cela montre juste que vous êtes faibles. Que vous avez encore quelque chose à perdre.
Enfin, cela ne m’indique pas ce que je dois faire à présent ! Je marche dans ce qu’il reste des rues autrefois animées de Doublonville. Tout d’un coup, je vois un drôle d’individu habillé avec très mauvais goût me passer devant à toute vitesse. Pour se rétamer trois mètres plus loin sur une porte qui n’avais rien à faire là. A y regarder de plus près, je connaissais cette tenue. N’était-ce pas l’habit des sbires de la Team Rocket ? Je m’avance vers lui. Il tourne la tête vers moi en m’entendant arriver, mais il n’a pas le temps de bouger que je lui marche sur le pied pour tout de suite mettre le ton de la conversation.
« - Qu’est-ce que tu fous là ? »
Ma mauvaise humeur me rend vulgaire à souhait. Mais je m’en fiche, je n’ai plus de parents pour me réprimander. Je crois que je lui ai fait mal, le pauvre chou a du mal à répondre. Pitoyable. Il dit qu’il n’a pas le droit de répondre. Je relève mon pied pour l’abattre encore plus fort sur le siens. Inutile de rajouter quelque chose. Il finit par craquer bien vite. Il me raconte que la Team Rocket a décidé de se rassembler dans un montagne que je ne connais pas, apparemment apparue avec ces catastrophe. Ils sont persuadés qu’avec toute cette agitation malsaine, ils peuvent percer de nouveau, et devenir plus puissant encore qu’autrefois. J’enlève mon pied. Je lui demande si ils recrutent. Au moins, ça me fera quelque part où aller. Quitte à être du coté des méchants, je ferais tout pour redevenir « puissante ».


Starter


(Ce sont les modérateurs qui font la sélection des starters mais vous qui le choisissez parmi ceux proposés)

▬ Surnom : Cyrius.
▬ Race : Funécire.
▬ Sexe : Masculin.
▬ Le dresseur l'apprécie-t-il : Bien sûr.
▬ Particularités (s'il en a) : Peut être touché par les humains.
Cyrius est plutôt distant vis-à-vis des autres, même de son dresseur, par moments, bien qu'il ne puisse que rarement s'éloigner d'elle. Peu bavard, si tant est qu'un Pokémon puisse l'être, il n'apprécie pas les autres personnes que son dresseur, même si il s'agit de Pokémons qu'elle a capturé. Il est très méfiant de nature, mais apprécie beaucoup Ava.



Pseudonyme


▬ Prénom / Surnom : Sigma.
▬ Sexe : Féminin.
▬ Âge : 16 ans.
▬ Personnage sur l'avatar : Eva-Béatrice (Umineko No Naku Koro Ni)
▬ Comment as-tu découvert le forum ? En tapant « Sbire Rocket » sur Google et en trouvant l’avatar d’un des membres… .w. »
▬ Autre Compte : Nope.
▬ Un commentaire? Hanmigosh c’est magnifique !

Revenir en haut Aller en bas
Blond de la Mafia - Administrateur
Blond de la Mafia - Administrateur

avatar



Feuille de personnage
Pokédollards: 570 $P
Points: 826
Equipe:
Nombre de messages : 1079
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Ava Rozena Kreuz. Quoi, mon nom est bizarre ?   29.06.12 22:25

Salut, c'est moi qui m'occupe de ta fiche. Je t'ai déjà dit bienvenue sur la chatbox alors on saute le paragraphe de blabla.
Bref, l'avatar est de bonne dimmension même s'il a falu ajouter une grosse marge sur le côté.
Par contre je suis désolé mais je me dois de te refuser le rang de Commandant pour la Team Rocket. Tu sauras pourquoi à la suite de la modération. Je te laisse donc le choix entre le grade de Sbire pour de Lieutenant.


Il n'y a pas de problèmes pour cette partie là. Personnelement je n'ai pas accroché au texte et je ne saurai pas expliquer pourquoi. Désolé.


Histoire : OK. J'ai totalement accroché cette fois-ci. Le contexte du forum est très bien utilisé et la manière d'écrire est superbe. Rien à dire.





Osselait

Malosse

Carvanha

Rapion

Funecire

Feuforêve

Elekid

Miaouss

Limagma
Osselait, Malosse, Carvanha, Rapion, Funécire et Feuforêve sont les prédéfinis de ton métier.
Elekid pour la supériorité de Ava.
Miaouss pour le côté avare du personnage.
Limagma c'est surtout pour le fun de brûler les Pokémon Plante et Insecte que ton personne déteste.

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Ava Rozena Kreuz. Quoi, mon nom est bizarre ?   30.06.12 12:23

J'avais mis Sbire au début, mais c'est Esfir qui m'a proposé d'être Commandante ! D:

Pour le Pokémon... Je pense que je vais prendre Funécire..
Revenir en haut Aller en bas
Blond de la Mafia - Administrateur
Blond de la Mafia - Administrateur

avatar



Feuille de personnage
Pokédollards: 570 $P
Points: 826
Equipe:
Nombre de messages : 1079
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Ava Rozena Kreuz. Quoi, mon nom est bizarre ?   03.07.12 23:38

Voilà tu es validée. Je t'invite à faire ton Pokématos qui contiendra le répertoire de tes RP et de tes transactions. Ainsi que les informations sur ton équipe.


Funécire

Capacité Spéciale : Corps Ardent
A une chance de brûler l'adversaire si Funécire est touché par une attaque physique.

Attaques
Flammèche
Etonnement
Liliput
Purédbois

Objets donnés
• 3 Pokéballs
• 2 Potions
• 3000P$

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ava Rozena Kreuz. Quoi, mon nom est bizarre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ava Rozena Kreuz. Quoi, mon nom est bizarre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Powa :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-