AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Stats  

Partagez | 
 

 Arumiah Sayonara (fiche terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Arumiah Sayonara (fiche terminée)   06.07.12 13:05

Prénom & nom


Votre personnage


▬ Surnoms : Aru, parce que c'est plus court.
▬ Sexe : hermaphrodite ça marche ? Fille
▬ Âge : 23 ans
▬ Profession : Dresseuse.

▬ Région : Unys
▬ Genre de Pokémon souhaité (informations diverses sur le possible starter voulu) : jaimré bi1 avoar Aruzeus stp Pas de type en particulier. J'aimerai éviter de tomber sur une boule de poil trop mignonne et rose (à part un certain petit renard beige de la première génération), je préfère les pokémon un peu plus costaud si ça ne dérange pas bien entendu.


Caractère

Le caractère d'Arumiah est quelque peu compliqué. En effet il se compose de deux "faces" bien distinctes, la face extérieure, celle qu'elle donne en public, devant ses supérieurs et tous les êtres humains et la face intérieure qu'elle cache bien au fond d'elle et qu'elle ne dévoile qu'à ses pokémon (voire à un ami extrêmement proche mais cela n'a encore jamais été le cas).

Sa face extérieure la fait ressembler à quelqu'un de normal, comme vous et moi (plus comme vous que comme moi): quelqu'un de sage, drôle, joyeux, social... Quelqu'un de bien. Elle sait garder son sang-froid et être à l'écoute des autres. Honnête et juste, elle se comporte comme une citoyenne modèle. C'est ce côté exemplaire qui la rend insoupçonnable et fait qu'aucun policier ou aucun détective n'arrive à la coincer. Mais c'est peut-être ce côté trop parfait qui la rendra "louche" à Unys...

Sa face intérieure représente véritablement ce qu'est Arumiah, il s'agit de sa véritable personnalité et elle est bien moins agréable que celle qu'elle s'est donné. En effet, il s'agit en fait d'une personne froide, vulgaire, peu sociale (bien qu'elle s'efforce de l'être) et très peu touchée par le blabla des dresseurs sur l'amour qu'il faut porter envers les pokémon. Elle éprouvera de la fierté envers son ou ses compagnons que quand elle les jugera fort. C'est pour trouver de puissants et rares pokémon qu'elle rejoint la Team Rocket mais la quitta car plus rien de l'intéressait. Il faut également préciser que c'est uniquement pour cette raison qu'elle reste au sein de l'organisation.

Le seul point commun entre ces deux caractères est le calme dont Arumiah fait preuve. Comme vous aurez pu le remarquer, il ne s'agit pas d'une personne facile, mais il se pourrait qu'elle change lors de son voyage à Unys, et peut-être que ses deux caractères bien différents pourraient alors ne former plus qu'un, sait-on jamais...
Il faut savoir qu'Arumiah est une personne très seule, et qui souffre de cette solitude même si elle le nie. Elle se pose beaucoup de question sur "qui elle est" et "ce qu'elle fait dans ce monde", si elle a un rôle précis à jouer ou non. Ce trait pourra se voir dans sa manière de parler ou d'agir à certains moments.



Histoire




"Arumiah, tel est mon nom, celui que l'on m'a donné à ma naissance du moins. Je me demande pourquoi j'écris sur ce vieux papier, peut-être pour laisser une trace de mon passage sur cette planète... Pourtant je n'en vois pas bien l'utilité, si jamais je meurs, qui le trouvera ? et qui fera attention à moi ? De toute manière cela n'a pas vraiment d'importance, à vrai dire je m'ennuie et je n'ai rien d'autre à faire. Alors tant pis, je vous raconterai, à vous qui lierez peut-être mes mots, mon histoire. Peut-être me trouverez-vous folle, peut-être me comprendrez-vous ou alors personne ne trouvera jamais ce papier. Cela m'importe peu à vrai dire, je me fiche de qui pourra me lire ou même de votre avis sur moi, sachez que vous pouvez vous arrêtez quand vous voulez ou même que vous pouvez jeter ce papier si cela vous chante.

Comme je le disais, mon prénom est Arumiah. Je ne suis pas très connue, ou du moins mon nom ne l'est pas mais mes actes le sont. Je suis de taille moyenne, ni trop petite ni trop grande, je suis plutôt fine et j'ai quelques formes, ce qui je dois dire, n'est pas mal du tout et m'avantage bien pour le vol. Mes yeux sont rouges, couleur très peu ordinaire. Ma mère me disait qu'il faisait de moi un personne encore plus unique, encore plus rare. J'ai de longs cheveux noirs avec des reflets rouges et une peau assez blanche. Je dirai que j'ai un physique plutôt avantageux.

Je suis née à Céladopole, dans la région de Kantô et j'y ai vécu pendant mes dix premières années. Je menais une vie tranquille, pokémon et humains vivaient en parfaite harmonie et j'étais même la meilleure apprentie dresseuse de l'école ou j'étais scolarisée. Ma mère était une personne douce et gentille, mon père un homme calme est bon. Ils utilisaient les pokémon pour leur métier, mon père étant archéologue et ma mère coordinatrice. Je me souviens encore de leur deux pokémon respectifs, un puissant Carchacrok et un magnifique Milobellus, que j'admirai beaucoup. Ces deux grandes créatures ne provenaient pas de notre région, ils avaient été obtenu lors d'un voyage à Sinnoh et à Hoenn mais je n'étais pas encore née. Cela m'incitait à donner le meilleur de moi même lors de mon apprentissage et me faisait rêver de nouvelles régions à découvrir et de pokémon puissants à attraper. Mais ce calme et cette sérénité ne pouvaient pas durer, même si tout portait à le croire...

Il y a des moments dans notre vie, qu'on se force à oublier, des moments qui nous ont traumatisé, qui nous on fait souffrir tellement fort qu'on ne veut plus s'en souvenir. Mais ces données ne sont pas effacées entièrement et peuvent réapparaître lorsque nous somme vulnérable. Le meilleur exemple est le rêve. Et c'est ce qui m'empêche d'oublier cette nuit. Elle repasse en boucle dans ma tête, je vois chaque détail dans mon esprit, je suis capable de redessiner les pièces et les personnages comme bon me semble, je pourrai même dire si oui ou on non il y avait une petite araignée cachée dans le coin d'un des mur de ma chambre. On ne peut pas oublier ce genre d'événements, faire comme si de rien n'était et dire "c'est la vie" et l'accepter alors que justice n'a pas été rendue serait pour moi la pire des sottises. Mais vous, vous qui me lisez ne connaissez pas cette horrible et tragique histoire. Non, comment pourriez vous la connaître puisqu'elle a été tranquillement dissimulée par ses auteurs. Pour vous, ce n'était qu'un fait divers, un simple accident qu'on lit dans les journaux le matin en déjeunant. Et pourtant vous êtes si loin de la vérité...
Je venais d'avoir onze ans quand ça c'est produit, il devait être une heure du matin et je dormais encore d'un sommeil assez agité. Il faut dire que depuis une semaine, mes parents se comportaient bizarrement: ils voulaient éviter de trop sortir ou de trop voir du monde, ne me laissait pas une seconde seule les rares fois ou on se promenait dans la rue. Un jour, un mercredi si ma mémoire est bonne, mon père a retourné toute la maison, à la recherche de quelque chose -je ne sais pas de quoi il s'agissait- et il regardait tout le temps par la fenêtre en murmurant des phrases incompréhensibles...
Mais soudain quelque chose me réveilla. Pas un bruit ou un contact, non, quelque chose d'autre. Une présence. Vous savez, cette sensation que quelqu'un s'approche de vous alors que vous êtes somnolant, cette chose qui vous fait peur, qui vous souffle à l'oreille un doux "attention". C'est ça qui m'a réveillé et je bénie ce pressentiment, cet instinct de survie car s'il ne m'avait rien dis, je ne serai pas ici à écrire tout cela.
J'ouvris alors brusquement les yeux. Il faisait noir mais mes pupilles commençaient déjà à s'habituer à cette obscurité et distinguaient finalement la pièce entière. Mon lit était toujours au centre de la pièce, mes armoires et mon bureau n'avaient pas bougé d'une semelle. Au départ, je me disais que ce n'était que mon imagination, mais quand je vis la porte s'ouvrir doucement je changeais d'avis. Une ombre commença alors à se glisser délicatement au dedans de ma chambre mais pour le moment la chose était dos à moi. Malgré cela, je pouvais clairement dire qu'il ne s'agissait ni de mon père ni de ma mère, à cause de sa silhouette assez grande et mince (mon père étant quelqu'un de plutôt petit et costaud). D'autant plus qu'un de mes parents ne serait jamais entré dans ma chambre avec un couteau à la main. Si je ne pouvais pas distinguer l'homme, je pouvais en revanche voir exactement la lame briller dans la pénombre de la pièce. Comment avait-il pu s'introduire dans la maison ? Mes parents étaient-ils au courant de sa présence ? Leur avait-il fait du mal ? Et moi, que me voulait-il ?
Toutes ces questions fusaient dans mon esprit et la panique commençait à s'emparer de mon corps. Je voulais fuir, loin, courir aussi vite que je le pouvais. Ou alors n'était-ce qu'un mauvais rêve ? Si c'était le cas, je voulais me pincer pour me réveiller mais si je bougeais il m'entendrait et si ce n'était pas un rêve alors s'en était fini de moi. L'idée de hurler me traversa l'esprit mais il s'occuperait de moi avant que mes parents ne puissent réagir, il me prendrait peut-être même en otage. J'étais perdue et je constatais avec horreur que l'homme commençait à se rapprocher à pas de loup. Une autre idée me traversa l'esprit, elle me semblait bien meilleure que la première et pourrait marcher. Je laissais donc cet individu venir vers moi, sans émettre le moindre son. Un seul geste pourrait me trahir et je saurai alors si il s'agissait d'un cauchemar ou non lorsque le couteau se planterait dans ma chair.
Il arrivait au bord de mon lit, allait bientôt être à côté de moi. Plus que quelque pas... Un... Deux... Trois... il se figea, il était juste là, à ma droite. Je retiens ma respiration. Il regarde son arme, il touche la lame pour voir si elle est bien aiguisée. Il l'a brandit tout doucement. Et commence alors à la baisser violemment.
Du sang gicla sur ma chemisette blanche et sur ma jambe droite, j'essayais de ne pas m'en préoccuper, de retenir cette envie de pleurer et de vomir.
Lorsque l'homme avait tenté de me poignarder, j'ai roulé brusquement sur le côté gauche et lui ai lancé ma couverture. Surpris, il a stoppé son geste et s'est débattu pour enlever le drap et l'a finalement jeté sur le chemin qu'il avait emprunté. Pendant ce temps j'avais réussi à aller jusqu'à la porte mais je n'avais pas imaginé qu'il serait si rapide pour se défaire de mon piège. Mais à ma plus grande surprise, le hasard joua en ma faveur. Une fois qu'il eut repris un peu ses esprits, il se précipita un peu trop rapidement sur moi, oubliant la couverture qu'il avait jeté un peu plus tôt et se pris les pieds dedans. Il lacha son couteau qui fit un léger saut en l'air avant de venir se planter dans sa main droite ce qui projeta un jet de sang sur moi -il était assez près, autant dire que s'il n'était pas tombé, j'étais morte-. Il hurla de douleur pendant que je filais dans le couloir, courant le plus vite possible pour sortir de cet enfer. C'est en descendant les escaliers qui menaient au rez de chaussé de la maison que je vis que la chambre de mes parents était, elle aussi ouverte, et la lumière était allumée. Avaient-ils entendu l'intrus et s'étaient-ils réveillés ? Dans un élan d'espoir, j'accourais vers cette pièce ou je pourrai me sentir en sécurité. Carchacrok ne ferait qu'une bouchée de cet individu.
Malheureusement, le destin m'avait choisi une autre voie beaucoup moins chaleureuse et en passant ma tête dans cette chambre je m'étais condamné à voir un spectacle macabre, horrifiant. Le lit au milieu de la pièce était couvert d'un liquide rouge mais mes parents ne se trouvaient pas dedans. Leurs cadavres avaient été déplacé et traînaient sur le sol dont la moquette verte prenaient une couleur rougeâtre. L'odeur du sang et de la mort empestait la pièce et me donnait la nausée. Mais il y avait un homme dans cette pièce, vivant, qui se tenait debout juste derrière ces corps sans vie. Il était vêtu de noir et était cagoulé. Il avait un regard froid, qui me glaçait le sang, un regard qui n'exprimait aucun regret. Il tenait dans ses mains les ball de Millobellus et du grand requin des sables. De plus, sur son costume noir, était gravé le symbole de la police de Celadopole. Mes yeux passaient la pièce en revu et quand j'y repense il n'y avait aucune trace de lutte, mes parents avaient été totalement maîtrisés.
C'est alors que j'entendis des bruits de pas provenant de l'étage que j'avais descendu. L'autre étranger s'était remis de sa blessure et venait pour finir le travail. Cela me tira du choc que je venais de voir juste à temps pour m'apercevoir que l'autre aussi commençait à bouger pour m'attraper. Je recommençais alors ma course vers la porte d'entrée qui ne se trouvait pas très loin mais cette dernière avait été soigneusement fermée. Et à côté, il y avait la grande fenêtre de mon père qui lui permettait d'avoir toujours un oeil sur le jardin. Sans même réfléchir et ne voyant pas d'autre moyen pour fuir je reculais un peu pour prendre de l'élan et sautais juste au moment ou l'homme au regard froid tentait de m'attraper. Le rideau m'avait protégé des bouts de verre mais je n'y fis pas attention et commençait de nouveau à courir le plus vite possible. Je sautais le petit portail blanc et m'échappais dans la ruelle sombre éclairée par un seul et unique lampadaire.
Je m'étais cachée dans un vieux bâtiment que je connaissais bien pour l'avoir nommé "mon antre secrète". J'étais à bout de souffle mais je n'osais pas respirer trop fort de peur que d'autres de ces personnes ne viennent. Au bout de trente minutes de silence, mes inquiétudes retombèrent, mes larmes coulèrent sur mes joues et je vomis enfin.
J'ai longtemps trouvé cette histoire absurde et je me disais même que ça pourrait faire un film qui serait diffusé au Pokewood d'Unys. Je me posais de plus en plus de question et j'arrivais à la conclusion que si mes parents avaient été assassinés, c'est qu'ils devaient connaître quelque chose. On les avait tué pour les faire taire et on avait voulu me tuer dans le doute, si jamais ils m'avaient dit ce qu'ils savaient. Je passais une journée entière, tapie dans mon antre et quand le soleil commença à se coucher, je revins sur le lieu du crime pour constater que ma maison avait été entièrement brûlée, il ne restait qu'un tas de cendres noires et une vague odeur de chair calcinée. Il n'y avait également aucune trace des deux pokéball de mes parents, ces balls étant incassables, il était clairement impossible qu'elles soient réduites en cendre, quelqu'un avait donc du les prendre. Toute trace avait été effacée, et personne ne croirait une fillette de onze ans. Surtout pas la police qui était la première concernée. Dans un journal que je trouvais, par hasard, par terre, je lu que la police avait retrouvée des ossements en mauvais état qui traduisaient la présence de deux corps au moment de l'incident.
"Une telle tragédie est fort regrettable, avait dit le commissaire, mais d'après nos indices trouvés dans les restes de l'incendie, nous pouvons vous dire qu'il n'y a rien de criminel là-dedans, il s'agit tout simplement d'un accident causé par une chaudière en mauvais état. Quoiqu'il en soit, que le couple Sayonara nous manquera beaucoup." Aucun mot sur moi. Rien. Il n'avait pas précisé qu'un troisième corps n'était pas présent à l'appel, comme si je n'existais pas, comme si mes parents n'avaient jamais eu d'enfant. Et c'est ainsi que cette histoire devint un simple fait divers, un accident comme un autre, une "tragédie".

Bien entendu je n'étais qu'une enfant et j'aurai pu me laisser abattre, ne plus rien faire et finalement mourir en tant qu'orpheline sans plus aucun espoir de s'en sortir un jour. Mais ce n'était pas ce que je voulais. Je souhaitais connaître le terrible secret qui avait causé la perte de mes parents et pour cela je devais être forte. Je volais donc pour survivre et pris rapidement de l'assurance ce qui me permis de ne jamais me faire remarquer. Dès que j'eu assez de provisions, je parti de Celadopole pour me rendre au Bourg-Palette car c'était là qu'on nous donnait une chance d'être dresseur. Mais mon tout premier pokémon ne fit pas un Salameche, ni un Carapuce et encore moins un Bulbizarre car personne ne voulu les donner à une pauvre fillette qui avait juste de quoi se nourrir elle même. Mon premier compagnon était dans le même état que moi, seul et avait tout juste ce qui lui suffisait pour vivre. Il s'agissait d'un Mimitoss, pokémon considéré comme faible. Son dresseur l'avait relâché car il pensait qu'il ne servait à rien. Ce fut lui qui vint à moi et sans même que nous nous en rendions compte nous devinrent de valeureux compagnons qui rêvaient de montrer ce que nous valions vraiment. Grâce à lui je vainquis l'arène du champion Pierre suivit de celle d'Ondine, capturant de nouveaux compagnons bien que ma mite restait mon préféré. Plus j'avançais dans la quête des badges, plus nous devenions forts. Plus je grandissais, plus il en faisait de même et finalement il évolua en un splendide Aeromite, plus fort que jamais. Après cinq longues années d'entraînement j'arrivais finalement devant la ligue pokémon et en ressortais victorieuse. J'étais arrivée à me prouver que j'étais capable de grandes choses. Cependant, je n'avais pas recherché d'indices sur le secret de mes parents car j'étais bien trop occupée à m'améliorer dans les matchs pokémons. Je décidais donc de passer ces six dernières années à la recherche de quelconques messages qui auraient pu me renseigner, des objets qui auraient pu m'en apprendre davantage.
Je parcouru ainsi de multiples régions, triomphant à chaque fois des ligues qui se dressaient sur mon chemin. Mais Johto, Hoenn et Sinnoh ne m'apprirent rien. J'intégrais même la team rocket pour progresser et chercher quelque chose qui pourrait m'aider. Mais rien, il n'y avait rien. Il ne me restait qu'Unys à parcourir.
Mais c'est alors qu'un curieux incident se produit. Des cataclysmes encore inconnus se produisaient partout dans le monde. Toutes les régions étaient touchées par de nombreux tremblements de terre et de violents raz-de-marrée. La terreur s'empara des coeurs et dans chaque ville on parlait de Chaos, de Ragnarök, on prononçait des prières en faveur d'Arceus et on se cachait dans les maisons, ne sortant que pour aller chercher de nouvelles provisions pour survivre. Cela dura un an. Une longue année ou je restais, comme tous les autres, tapis dans un énorme bloc qui nous protégeait de toutes ces intempéries.
Quelque chose ne tournait pas rond dans cette histoire et mon instinct me murmurait que cela avait un rapport avec le secret. Était-ce enfin un indice qui me permettrait de savoir ce que l'on nous cachait ? Peut importe ce que cela me coûtait, je devais savoir. Et il ne me restait qu'une seule et unique région à explorer pour trouver d'autres pistes.
Mais je sentais que les assassins de mes parents bougeaient eux aussi, que je commençais à les intriguer de nouveau. Il fallait que je me fasse plus discrète, que je redevienne une simple dresseuse. Je décidais donc de déposer mon équipe entière auprès d'un ami, même Aeromite en lui promettant que je reviendrai. Je ne pris que de quoi avoir un nouveau starter et pris une bateau en direction d'Unys.

A l'heure ou je vous parle, ce même bateau arrivera bientôt au port. Mais mon histoire n'est pas terminée, je ne peux simplement pas vous raconter la suite puisque je ne la connais pas moi même. J'espère trouver des réponses à mes questions durant ce voyage même si quelque part, la sombre vérité me fait peur. Peut-être chercherez-vous vous même à savoir ce qui a causé la perte de mes parents après m'avoir lue ? Ou alors vous reprendrez votre vie en oubliant tout ce qu'il y a écrit sur ce papier...
Ceci ne dépend pas de moi, vous forgez votre histoire tout comme je forge la mienne. Mais peut-être que nos chemins se croiseront et que nous aurons l'occasion de nous rencontrer ? Nous ne pouvons pas décider de cela, seul l'avenir nous le dira."

Je laissais tomber mon stylo sur la table, juste à côté de la feuille sur laquelle j'avais écris mon histoire. Au même moment un grand "bip" se fit entendre et une voix annonça l'arrivée du navire à Volucité. Je me levais et sorti de ma cabine, laissant derrière moi tout ce que j'avais écrit. La passerelle du bateau tomba sur le quai dans un bruit fracassant. Tous les passagers s'empressèrent alors de descendre et je fis une des dernières à poser le pied à terre. Je me dirigeais immédiatement vers la sortie de la ville, en direction des hautes herbes pour y trouver mon premier compagnon dans cette nouvelle région. Je fis un pas dans l'herbe, puis deux, puis trois et soudain, il arriva enfin...



Starter


(Ce sont les modérateurs qui font la sélection des starters mais vous qui le choisissez parmi ceux proposés)

▬ Surnom : Diablos
▬ Race : Coupenotte
▬ Sexe : Mâle
▬ Le dresseur l'apprécie-t-il : Bien entendu
▬ Particularités (s'il en a) :
Diablos est certainement un des pokémon les plus tenace qu'Arumiah ait jamais eu. Il fera tout pour mettre au tapis son adversaire et se battra jusqu'à son dernier souffle. Il sera donc près à tout pour progresser d'autant plus qu'il ne souhaite pas décevoir sa dresseuse. Malgré son tempérament fier, il est également affectif et voudra prouver sa valeur et son dévouement à Arumiah, voulant ainsi crée un solide lien d'amitié et de confiance.
Intelligent, il saura trouver lui même des stratégies lors des combats et analysera ses adversaires en très peu de temps. Il ne supportera pas la défaite et se montrera assez hargneux envers le monde entier si jamais il ne se sent pas assez fort (d'où son surnom).
Mais ces différents traits de caractère plaisent tous à sa dresseuse et cela les motivera tout deux à poursuivre leurs efforts pour devenir plus puissant et découvrir la vérité.



Arumiah


▬ Prénom / Surnom : Arumiah ou Akira (ancien pseudo, certain ne me connaisse que sous ce dernier)
▬ Sexe : Tout comme mon personnage, je suis une fille
▬ Âge : 16 ans et toutes mes dents
▬ Personnage sur l'avatar : Il s'agit d'un personnage inventé & dessiné par mes soins.
▬ Comment as-tu découvert le forum ? Un ami qui m'en a parlé, je ne me souviens plus de son pseudo ici :B
▬ Autre Compte : /
▬ Un commentaire? Vu la forme du chiffre, c'est bien ici le 8

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Arumiah Sayonara (fiche terminée)   13.07.12 19:19

Hell'come ma chère ~

Alors, ma première remarque serait de te proposer de former des paragraphes au lieu d'aller à la ligne à chaque fin de phrase. Ainsi, il n'y a pas de "coupures" incessantes lors de la lecture :3 Et puis ça fausse le compte des lignes. S'il est suffisant pour le caractère, par contre, il t'en manque pas mal pour l'histoire. Je te conseille de l'étoffer en décrivant davantage ses sentiments, son environnement, etc.

Concernant plus précisément le caractère, certains points me gênent un peu. Tu la dis sociable malgré sa tendance à la solitude, pourtant elle semble mener une vie de brigand indépendant. Je me demande du coup comment elle peut avoir des amis avec un rythme de vie pareil. Aussi, je trouve sa personnalité problématique dans la mesure où elle fait partie d'une organisation, et doit par conséquent en suivre les règles. De la part d'un simple membre de la Team Rocket, son refus d'exécuter une mission pourrait s'avérer fatal pour sa vie ou pour sa place parmi les criminels. Elle est dangereuse, indépendante, dotée d'un très fort caractère. Pour moi, sa place serait bien mieux en tant que criminel solitaire, ce qui ne peut malheureusement se faire sur Powa. =/
Du coup, je te propose soit d'adoucir son caractère - la rendre moins autoritaire par exemple, puisque ce n'est pas la place d'un chef qu'elle a - soit de faire comprendre qu'elle contient sa forte personnalité en prévision de retourner sa veste plus tard. Une fois plusieurs Pokemons dans son équipe, Arumiah pourrait alors tourner le dos à la Team Rocket, ce que je trouverai intéressant dans son histoire RP (:
Naturellement, tu fais comme tu veux, mais il faut modifier son caractère. Je te donnerai ta sélection une fois les changements faits.

Au niveau de l'histoire, comme je te l'ai dit, il manque des lignes. De plus, comment leur situation financière est passée de l'aisance à la faillite ? Arumiah avait 5 ans à l'époque, comme tu le précises, par conséquent elle n'a pas encore l'âge d'être réellement scolarisée pour des études de dresseur :O Raconte-nous aussi le fameux "tragique accident de sa mère", on veut en savoir plus !
En ce qui concerne ses années de vagabonde, soit, ça arrive, même si ça reste très rare. Cependant, comment cela se fait que personne n'ait cherché à l'aider ou que la police ne l'ait jamais attrapée ? Là, ça me semble moins facile à accepter, d'autant plus que son côté pyromane devrait être un critère suffisant pour que la police se rue à ses trousses !
Enfin, THE point qui pose le plus problème : son starter. Comme le veut le règlement, tu ne dois pas parler de lui dans l'histoire, même si tu ne précises pas de quel Pokemon il s'agit. Si Arumiah le possède depuis longtemps, cela sous-entend qu'il a acquis des niveaux ou a pu évoluer, alors que ton compagnon de départ doit obligatoirement être au niveau 5. =/ Pour arranger ça, tu peux parler d'un ancien Pokemon qu'elle aurait eu, mais qui aurait péri ou se serait fait capturer, avant d'en posséder un nouveau à la fin de ton histoire.
Et... je viens de m'en apercevoir, tu ne fais nulle part mention des catastrophes qui ont regroupé la plupart des régions. Certes, Unys n'a pas été touché, donc je ne t'en voudrais pas si tu n'en parles pas, mais ça ferait tout de même un petit plus !



Voilà xD J'espère que tout ça est loin de te décourager, préviens-moi quand tu auras corrigé ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Arumiah Sayonara (fiche terminée)   22.08.12 12:06

Alors alors... Déjà, encore désolée de mon retard >w<'

Sinon, concernant le caractère, c'est bon !

Pour l'histoire, tu as choisi d'y inclure le physique, et là... ben y a un petit détail gênant. Ses yeux rouges. Certes, c'est courant chez les animaux, mais pour les humains, je crois que ça n'est possible que chez les albinos, puisque c'est dû à l'absence de pigment dans l'iris... Donc il faudrait soit tu m'expliques comment ça se fait qu'elle ait ce "défaut", et dans ce cas il n'y a pas de problème pour accepter ce détail, soit que tu parles de reflets rouges comme j'ai pu faire dans la fiche de Nur.

Pour le reste, l'histoire m'a plu, et comme ça reste rare qu'on parle de meurtre dans les fiches, je crois bien que je n'ai pas à te le refuser. Le fait qu'elle ait battu tant de ligues et d'arènes, c'est original, mais du coup, j'imagine qu'Arumiah ne bougera pas du tout d'Unys. Ça ne te gêne pas cette idée ?

Cependant, il y a incohérence à un moment donné. Tu dis qu'elle a été dans la Team Rocket, mais tu n'en parles pas dans l'histoire. Raconte ! :)

Et enfin, j'aimerai que tu fasses une dernière modification. Tu dis qu'Arumiah a "déposé" son ancienne équipe. Pour une histoire de cohérence et de vrai départ, j'aurais préféré que tu dises qu'elle l'a relâchée ou, dans le meilleur des cas, confiée à quelqu'un.

Voilà, voilà ! Donc je te donne ta sélection :)


Les prédéfinis


Vipélierre

Gruikui

Moustillon


Les starters


Racaillou

Girafarig

Phanpy


Airmure


Coupenotte


Caninos



Racaillou est du genre discret, mais plairait à Arumiah dans la mesure où il peut se révéler être un puissant combattant au fil du temps. Girafarig n'est pas évident à dresser puisqu'il possède deux cerveaux, mais il reste redoutable au combat. Phanpy est mignon et joueur, on ne s'attend pas vraiment à ce qu'il puisse se comporter comme une brute épaisse mais pourrait pousser Aru' à devenir un peu plus sociable. Airmure, lui, est froid et sans pitié pour l'ennemi. Quant à Coupenotte, solitaire et vaillant, il n'a pas spécialement besoin d'affection et pourrait convenir à la face cachée de la demoiselle. Enfin, Caninos est droit, fier et loyal. Cela pourrait correspondre à ce qu'elle attend d'un Pokemon et à sa face extérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Arumiah Sayonara (fiche terminée)   22.08.12 13:50

T'inquiète pas pour le retard =)

Pour ce qui est des yeux, j'ai jugés que des yeux de couleurs rouges passeraient "inaperçu" dans un univers aussi fantastique de Pokemon (un peu comme les cheveux de Drew dans l'anime, personne ne lui a posé de question alors qu'il a quand même les cheveux verts). Mais après si cela pose trop problème alors oui, on peut dire que c'est des reflets rouges :p

Arumiah restera en effet à Unys (sauf si quelque chose la pousse à en sortir pour revenir sur ses pas (par exemple à Celadopole l'endroit ou "tout a commencé"). Donc cette idée ne me gêne pas tellement =)

Pour ce qui est de la Team Rocket, j'ai jugé bon de ne pas développer ce passage car elle n'y est pas resté très longtemps, elle s'est aperçue qu'elle ne pourrait rien tirer de cette organisation et que leur objectif était bien différent du sien.

Concernant la petite modification, pas de soucis je rectifie ça :p

Merci pour cette sélection en tout cas, j'avoue avoir hésité entre Coupenotte, Phanpy et Caninos et finalement mon choix se porte sur Coupenotte =)

Je modifie donc ma fiche, et merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Arumiah Sayonara (fiche terminée)   22.08.12 17:00

De rien ♥

Va pour les yeux rouges et cette histoire de Team Rocket dans ce cas \o Donc tout est en ordre. Tu es désormais validée :D Tu peux donc aller faire ton Pokematos et commencer à RP ! Bon jeu !


Diablos



Coupenotte ♂ ; Niveau 5

Capacité Spéciale : Brise Moule.
Les attaques ne peuvent être contrées
par la capacité spéciale des adversaires.



Attaques
Griffe
Groz'Yeux

Objets de départ
3000P$
3 Pokéballs
2 Potions
Pokédex

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arumiah Sayonara (fiche terminée)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arumiah Sayonara (fiche terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Powa :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-