AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Stats  

Partagez | 
 

 Luûn Tachibana, soeur de la veille ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Luûn Tachibana, soeur de la veille ♪   03.09.12 19:16

Luûn Tachibana


Votre personnage


▬ Surnoms : Des surnoms, Luûn en a peu. Elle évite de les dire, car elle trouve qu'ils sont ridicules. Il y a "Blanche Neige", "Micheal Ange". Ce dernier, elle n'a jamais compris pourquoi elle l'avait reçu. Dernièrement, elle est devenue aveugle. Elle a donc récolté le surnom de "Marie Ingalls". Allez savoir pourquoi.
▬ Sexe : Fille.
▬ Âge : 17 ans, et toutes ses dents !
▬ Profession : Eleveuse.

▬ Région : Kanto.
▬ Genre de Pokémon souhaité (informations diverses sur le possible starter voulu) : Luûn, elle aime le mystère. L'intrigue et le secret. Elle aime la pureté, mais également la force. Luûn, elle n'est pas du genre à embêter les Pokémon. Elle s'en approche, les soigne et les nourrit selon leurs besoins. Elle essaye de s'en faire des amis. Les Pokémon mystérieux, sombres ou psychiques... Elle les adore. Ce sont ceux qui s'enfuient dès qu'ils la voit. Mais Luûn les aime quand même. Car s'ils s'enfuient, cela devient plus dur de devenir amis avec eux. Par le passé, elle a eu la chance de rencontrer un Mentali et un Noctali en couple. Jamais elle n'a voulu être autant amie avec des Pokémon. Ces derniers se sont approchés pour manger les granulés qu'elle avait préparé, puis ont fini par partir. Depuis, elle ne peut s'empêcher de croire qu'un jour, elle les reverra, et qu'ils voudraient se rejoindre à sa quête d'élevage. Luûn cherchera aussi un compagnon fidèle, qui sera patient et attentionné. Ayant perdu la vue, elle aimera quelqu'un qui pourra l'aider lors de ses aventures, ne pouvant pas toujours être guidée par sa soeur.


Caractère


Luûn, c'est le genre de personne fort calme. Qui n'est pas du genre à gueuler sur tout ce qui bouge, contrairement à sa soeur rebelle. Luûn, elle est lunatique. Rêveuse. Intelligente. C'est ce qu'on dirais lorsqu'on entend son prénom. Oui, ces trois particularités, elle les as. Rêveuse, elle l'est tout le temps. N'ayant jamais pu sortir, en dehors de sa maison ou de son école, elle rêvait plus d'une fois de l'extérieur. Aux forêts. Aux mers. Aux déserts. A tout ce qu'elle a pu lire dans ses précieux ouvrages. Car, à force de lire, lire lire et encore lire, Luûn a acquis la connaissance dont les professeurs sont fiers de clamer. C'est bien les seuls qui sont fiers d'elle. Elle est première de sa classe. Rien d'étonnant. Si elle n'est pas en cours ou en train de faire le ménage chez elle, elle lit dans la bibliothèque que possède son école renommée. La bibliothécaire et elle sont très amies. Luûn venait la voir tous les jours. Elle l'aimait bien. Elle était sénile, mais que trop gentille. Elle la comprennait. Et quand elle n'était pas occupée, elle acceptait de se confier à elle. Mme. Edeen, son nom, lui donnait des conseils, et des mots. Des mots qui pouvaient l'aider. Elle était heureuse en sa présence. Luûn est aussi lunatique que son nom l'indique. Elle est constamment dans les nuages. A rêver de ce qu'elle n'a jamais pu découvrir. Luûn ne sait plus voir. Donc, elle touche les choses. Elle s'y fait. Elle aime ça. Son handicap a finit par devenir un avantage. Avec ceci, elle ne peut plus voir les erreurs humaines. Elle se contente de caresser les choses faites par la nature. Ca la rend mélancolique, toute fois. Jamais elle ne peut se promener seule, sinon, elle pourrait se perdre. Mais elle sait que sa soeur sera là pour l'aider. Sa soeur, depuis trois ans, est aux petits soins avec elle. Elle l'aide à faire des choses qu'elles ne peux pas faire. En sa présence, Luûn est aux anges. Elle l'adore, à présent. Elle ne peut imaginer la vie sans elle. Car Prunelle est tout pour Luûn. Elle aimerait tellement lui renvoyer l'ascenseur. Lui dire merci d'une façon convenable pour tout ce qu'elle fait pour elle. Elle n'a pas encore trouvé comment. Mais un jour, elle trouvera. Elle fera le pas qu'il faudra pour la remercier. Luûn croit en cet espoir. Luûn croit en ses rêves et en ses envies. Luûn, elle est devenue éleveuse, comme ses maudits parents. Non parce que ces derniers le sont également, mais parce qu'elle ne veut qu'être amie avec les pokémons. Elles ne veux pas les envoyer au combat, comme une Dresseuse. Comme sa soeur. Elle ne veut pas les voir se battre et souffrir. Elle préfère être gentille et attentionnée avec eux. Elle veut les soigner, les faire manger, les voir sourire pour ceux qui peuvent. Elle veut voir la lueur de remerciement briller dans leurs yeux, tous magnifiques, autant qu'ils soient. Protéger de la martyrisation de l'homme. Voilà ce que Luûn veut. Elle sait qu'un jour, elle réussira. Elle saura comment faire. Parce qu'elle avance. Même si elle ne le fait qu'en s'accrochant aux pans des vêtements de sa soeur, elle saura qu'un jour elle parviendra à faire ce qu'elle désire. Son premier rêve, est de croiser un jour un pokémon qui l'accompagnera jusqu'à la fin. Ce pokémon, elle désirait le voir mystérieux, touchant, intelligent. Ce pokémon, elle ne sait pas à quoi il ressemblera. Ce pokémon, jamais elle ne le verra. Peut-être qu'un jour, il viendra vers elle. Elle ne peut faire autrement qu'attendre. Ayant perdu la vue, elle ne peut plus s'approcher des autres. Mais elle assume. C'est sa punition pour avoir été esclave de ses parents. C'est ce qu'elle se dit.

Luûn est distante avec les autres. Déjà, parce qu'elle est effrayée par ce qu'ils peuvent faire. Elle ne connaît l'image de personne. Mis à part, évidemment, sa chère soeur. Elle n'aime pas parler à ceux qu'elle ne connaît pas. C'est ce qui lui vaut son "mis-à-l'écart". Luûn est seule. Elle est triste lorsqu'elle l'est. Lorsque sa soeur n'est pas là, elle se colle contre le mur le plus proche, et s'assoit contre ce mur. Elle plaque ses mains contre ses oreilles, et ferme les yeux. Lorsqu'elle est comme ça, cela lui rappelle sa rencontre avec lui. Lui qui a été le premier a lui donner de l'affection. En repensant à ce souvenir, Luûn a les larmes aux yeux, et se laisse bercer par le chant du vent. Luûn n'est pas rancunière. Elle ne met pas les choses du passé en évidence. Toute fois, elle n'oublira jamais la torture que lui ont fait enduré ses parents. C'est la seule exeption. Luûn aime être avec les autres. Elle ne parle jamais, ou très peu. Elle n'est pas douée pour la conversation. Elle se contente d'écouter, les yeux regardant un point qu'elle ne verra jamais. Ca la rend bizarre, rêveuse. C'est ça qui fait la personnalité de Luûn. Elle-même ne pourrait décrire son caractère, tant il y a de choses à dire, tant il y a de choses à éclaircir. Si ces mots vous ont étés sortis, c'est par une force imaginaire qui a été dure à écrire. Luûn est pleine de mystères. Elle aime ça, les mystères. Elle aime les choses qui sont à découvrir. C'est une passion fort étrange. Mais, elle arrive à tenir, parce qu'avant tout, Luûn est patiente. Elle peut rester assise sur un carré de verdure pendant fort longtemps, sans rien dire, sans broncher. Elle se contente d'attendre que quelqu'un vienne la chercher, en rêvassant. Voilà la première occupation de Luûn. Révâsser. Si en un mot vous devriez la décrire, c'est ça qui lui conviendrait le mieux.


Histoire


Du noir. Rien que ça. Tu ne sens que ta propre peur. Tu es frigorifiée, apeurée, blottie, les jambes contre ta poitrine, contre un mur effrité. Ce mur, tu le déteste. Comme il n'a pas été bien construit, ses bords se cassent et de minuscules pics te meurtrisent le dos. Tu sais que tu dois changer de position. Mais tu sais aussi que ce ne sera pas la peine. A chaque seconde, à chaque minute qui passe, tes blessures reviennent te brûler. Tu gémis de douleur. Ton dos et ton visage te font souffrir, tant ils ont étés martyrisés. Tu plaques tes mains contre tes oreilles. Tu fermes les yeux et tu sanglotes. En essayant de faire le moins de bruit possible, car à cette heure-ci, tes maudits parents dorment. Tes parents. Tu les déteste. Tu voudrais leur mort au plus vite. Tes géniteurs sont cruaux avec toi. Ils te battent. Non parce que tu es vilaine, non parce que tu désobéis. Parce que tu fais mal les tâches ménagères, ou manuelles. Tu secoues la tête. Tes larment profitent de cet instant pour s'échapper de l'habituel trajet vertical. Elles glissent à l'arrière de ta joue gonflée et enflammée, pour finir le long de ton menton pointu. Tu voudrais partir de cette maison. Tu voudrais fuir loin, car tu n'en peux plus. Tes parents sont des éleveurs de Pokémon. Avec ces derniers, ils sont les plus gentils du monde. Mais pas avec toi. Jamais avec toi. Car tu es maladroite. Tu as beau être douée à l'école, en sport et au théâtre. Mais les travaux manuels sont ton Talon d'Achille. Tâches ménagères et l'utilisation de divers objets compris. Tu n'es pas douée pour te servir de tes mains. Tu ne l'as jamais étée. Tes vils parents ne le savent que trop bien. Et pourtant, c'est toi qui doit t'en occuper. Ta mère et ton père disent que tu dois participer au quotidien de la maison. Oui, tu le sais. Mais lorsque le jour est levé et que tu n'as pas école, tu ne fais que ça. Nettoyer les bêtises des Pokémon, les saletés et poussières qui viennent se poser sur les meubles et le sol, ranger les objets qui ont étés déplacés. Toute fois, tu n'arrives jamais à faire les choses correctement. Tu t'y efforces, tu t'épuises, tu veux plaire à tes parents. Tu veux qu'ils soient fiers de leur fille Luûn Tachibana. Mais malgré tes efforts, tu n'y reçois que des coups. Car tu n'arrives jamais à faire comme ils le souhaitent. Tu les as prévenus, d'arrêter de te demander de nettoyer alors que tu ne fesais qu'empirer les choses. Ils t'ont répondu qu'ils n'avaient pas le choix, car ta soeur qui devaient normalement s'en occuper n'est jamais là. Ta soeur... C'est la personne que tu devrais détester le plus au monde. Ta soeur, elle se nomme Prunelle. Prunelle Tachibana. Cette fille, c'est une rebelle de pure race. Prunelle est toujours à répondre. Toujours à se rebeller. Toujours à désobéir. Le contraire de toi. Et pourtant, c'est la préférée de tes parents. C'est elle qui doit faire le ménage, normalement. Mais Prunelle trouve toujours le moyen de s'échapper. Tu ne sais pas où elle va. Depuis quatorze ans, c'est le même scénario qui se répète en boucle. Tu ne t'es jamais plainte. Tu t'es contentée d'avancer aveuglement, en espérant qu'un jour, tes parents te prendront dans leurs bras en disant Merci. C'est ça ton rêve. Qu'un jour, ils te témoignent une touche d'affection, de tendresse à ton égard. Tu soupires lourdement. Mélancolique, tu repenses à ta soeur. C'est une tête brûlée, Prunelle. Elle est intelligente, mais récolte pourtant de très mauvaises notes à l'école. Elle est fort rebelle. Et fort sportive. C'est le seul point commun entre vous deux. Le sport. Vous deux, c'est le Ying et le Yang. Toi, tu aimes les couleurs pures, sobres. Les mystères, le travail et les choses ghores. Ta chevelure est fort longue, mais très lisse et blanche comme la neige. Ta soeur n'aime que ce qui est interdit. Elle n'est pas patiente, fainéante et pleine de joie. Quand à ses cheveux, c'est une montagne frisée rouge. Impressionnante. Mais c'est ce qui la rend populaire à l'école. L'inverse de ta personne, tu le répètes. Poutant, tu ne peux t'empêcher de l'aimer. Une relation inexplicable s'est tissée au fil du temps. Nous avons le même âge. Quatorze ans. Tu frisonnes d'avantage à ce chiffre. Quatorze ans que ça dure. Tu n'en peux plus. Tu es au bout du rouleau. Tu as fais tant d'efforts pour te faire accepter, et tu n'y récoltes rien. Tu te lèves en titubant, car tes jambes ne sont que trop douloureuses. C'est fini. Plus jamais on ne te maltraitera. Tu relèves la tête, tu fronces les sourcils, et tu preds un regard le plus déterminé possible. Les larmes continuent à couler. Mais plus aucune goutte de tristesse traversera ton esprit, à présent. Tu te rebelles. Tu grandis.
De tes dernières forces de la journée, tu te prépares à hurler. Un hurlement qui signifira qu'à présent tu vivras pour toi même, et non pour les autres. L'Être humain est froid et cruel. Depuis toute petite, il rit de toi. Tes poumons sont à bloc. Il n'y a plus qu'une chose à faire. Hurler au changement de page. Toute fois, tu n'en as pas le temps. La cave où tu es restée seule depuis le début est innondée d'une incroyable lumière blanche. Tu papillotes des yeux afin de ne pas être complètement aveugle. Tu fais de l'ombre à l'aide de ton bras sur ton visage intrigué. Lorsque tes yeux ne deviennent que deux fentes, tu peux appercevoir de quoi provient cette blancheur. Une forme distincte se découpe. Cette silhouette, tu l'as déjà vue. Dans un livre de ton école. Si c'est vraiment celui que tu crois, que ferait-il ici ? La lumière rétrécit peu à peu, jusqu'à ne devenir qu'une petite boule de lumière. Suffisante pour éclairer un visage. Tu sens le sol qui tremble légèrement, comme si quelque chose d'énorme marchait sur le sol gravilleux. Ne sachant pas quoi faire, tu ramasses le premier caillou potable à ta portée et tu le jettes là où se trouvait quelques instants plus tôt le rayon blanc. Ce caillou est éclairé par la belle lumière. Il s'arrête petit à petit, puis totalement. Il reste là, suspendu dans les airs, sans même bouger. La lumière qui l'éclairait semble frétiller. Elle se tord, puis rempli la pièce d'une énorme lumière blanche. Comme une ampoule. Tu souris. Il se passe pourtant quelque chose de bien bizarre pour sourire. Toutefois, tu regardes devant toi. Et tu en tombes sur tes genoux. Tu ne ressends même pas la douleur d'être tombée tant tu es hébétée. Tu as la bouche grande ouverte, les yeux semblables à ceux qu'un hibou. Un Pokémon se tenait devant toi. Toute fois, il n'en n'existait qu'un comme lui. C'était le maître du temps. Un des créateurs de l'Univers. Dialga.
Avant même de te poser la question sur sa présence, tu te demandes comment il est parvenu à entrer dans la cave. Ce Pokémon est énorme, et notre maison est modeste. Mais tu ne te trouves pas dans ta cave. En regardant autour de toi, tu te crois flotter dans les airs. Autour de toi, tu te croirais dans le ciel au beau milieu de la nuit. Des étoiles scintillent de mille feux. Le ciel est d'un impressionant indigo. C'est magnifique...
Tu focalises ton attention sur le mystérieux arrivant. Peu importe la raison de sa venue. Tu te relèves et tu t'inclines. Pour toi, les Pokémon sont des êtres précieux. Celui-ci était trop important pour rester debout sans rien faire. Tu n'es qu'une poussière dans l'océan, face à lui. Tu es tant absorbée par tes pensées que tu n'as pas remarqué qu'il s'était avancé vers toi. D'un signe de tête, il te demande de te relever. Ce que tu fais sans broncher. Il s'approche de ton visage. L'éclat de sa peau égale à une armure brille comme un joyau. Tu vois de plus en plus près ses yeux rouges de la couleur d'un parfait saphir. Une voix grave et lente résonne dans ta tête. Qu'est-ce que...

"...Luûn Tachibana...
...Que penses-tu de la vie ?...
...Penses-tu à ton bonhneur ?..."

C'est ce qu'a dit cette voix mystérieuse. Toute fois, un étrange pressentiment te dit que cette voix pourrait être celle de Dialga. Ce dernier ne te laisse toute fois pas le temps d'y réfléchir. Le beau Pokémon te donne un léger coup de tête. Que veut-il te dire ? Durant ta jeunesse, tu as vu des Pokémon qui avaient fait la même chose. Ils demandaient quelque chose. Et cette chose, c'était de l'affection. Tu souris, et des larmes de joie mouillent tes yeux. Dialga...? C'était ça ?
Tu prends sa grande tête dans tes bras. Un câlin. Voilà ce que tu fais avec un légendaire Pokémon. En temps normal, tu demanderais pourquoi il est venu. Cette idée ne te traverse même pas l'esprit. Tu es trop heureuse. C'est la première fois que quelqu'un est content d'être à tes côtés. Que quelqu'un te témoigne de l'affection. Peu importe la raison. Tu souris. De tout ce que tu as lu, Dialga n'aurait dû jamais venir te voir pour faire une action aussi simple qu'un câlin. Mais peu importe. Au moins, il est là. A tes côtés. Merci, Légendaire Dialga...
Il bouge légèrement la tête. Tu le délivres de ton étreinte. Il se relève de toute sa grandeur, et incline la tête. Tu fais de même. Lorsque tu rouvres les yeux, il était partit. Le caillou que tu as lancé retombe dans un léger bruit. Je remarque que la lumière qui innondait la pièce est redevenu une petite boule scintillante. Tu t'approche d'elle, et tu souris rêveusement. Sans faire le moindre geste, la mignonne boule flotte légèrement dans les airs, vers le haut, avant de redevenir un espèce de deuxième soleil blanc. Cette fois-ci, tu avais les yeux grands ouverts. Et tu ne pense pas à te protéger. Grave erreur. Cette fois-ci, tu sens tes yeux te brûler affreusement. Peu à peu, tu n'apperçois que les ténèbres. Tu souffres. Tu as trop mal. Aucun mot n'existe pour décrire ta souffrance, tant elle est immense. Cette lumière va te faire perdre la vue, tant elle est brillante. Il faut fuir au plus vite. Faire quelque chose. Mais voilà ce que tu arrives à faire. Ton seul effort avant de tomber dans l'obscurité la plus totale.

"MES YEUX ! A l'aide !"


Avant ta chute, tu espères juste que tu pourras réveiller tes parents, ou Prunelle.

"Prunelle Tachibana... ta soeur unique..."

Nee-san... Aide-moi...


* * * * * * * * * * *



Du noir... Encore et toujours du noir... Décidemment, je suis condamnée à la noirceur, à rester dans les ténèbres. Cette fois-ci, le noir qui m'enveloppe est différent de la première fois. Car déjà, j'ai beau ouvrir les yeux, papilloter des paupières, rien n'y change. Je n'y vois rien. Je sens que mes yeux sont ouverts. Je le sens. Mais aucune lumière, aucune forme n'apparaît dans mon champ de vision. Comme si une main imaginaire me bloquait la vue. Mais la main ne pourrait pas tenir sur mon visage, car je suis secouée dans tout les sens. Ma tête va de haut en bas, tel une poupée de chiffon malmenée.

- Non… Luûn… Réponds-moi !

Luûn... Luûn... C'est mon prénom... Je ne vois rien... Serais-ce toi, nee-san ? Tu m'as entendue ? Tu es venue ? Nee-san... J'ai reconnu la voix de ma soeur. Prunelle. Elle est donc venue à mon appel. Elle est venue pour moi. Elle s'inquiète. Pourquoi es-tu par terre, pourquoi tu as tant de mal à bouger ? Pourquoi tes yeux sont si vides ? Pourquoi sont-ils blancs ? Des questions où je connais la réponse, sans exeption. Un Pokémon Légendaire m'a fait le plus beau des cadeaux... Mais, pour une raison que je ne connais pas, il m'a aveuglée. Car c'est sa lumière qui a provoqué la brûlure de mes yeux. J'en suis certaine. Pourquoi, Dialga ? Qu'essai-t-il de me transmettre ? Pourquoi ?

-Papa et maman sont des monstres… Suis-moi ! On part dans la montagne.

Nee... Nee-san... Pourquoi tu parles de papa et de maman ? Ils n'y sont pour rien. Ce n'est pas eux qui m'ont aveuglée. Ce n'est pas eux qui m'ont câlinée. Pourquoi veux-tu m'amener dans la montagne ? Papa et maman seraient furieux, s'ils découvraient que nous sommes parties. Pourquoi tu t'inquiètes autant, Nee-san ? Pourquoi tu n'est pas au lit, comme tous les soirs ? Tu vas te faire gronder... Nee-san... Lâche-moi... Je... Je ne veux pas que papa et maman soient en colère contre nous. Nee-san, je ne peux pas marcher. Je suis trop faible... Laisse-moi...
Prunelle me porte de façon à ce que je puisse faire le moins d'efforts possible. Tu m'emmènes dans la montagne ? Là où tu dessinais, autrefois ? Nee-san... Je pleure. Quelqu'un m'aidait. Quelqu'un me sortait de cet endroit où je ne fesais que pleurer, où je n'étais pas heureuse.

"Prunelle... Pourquoi... Pourquoi... m'aides-tu..."

C'est une phrase qui est restée sans réponse. Elle m'entraîne de force dans un endroit où je n'ai jamais posé pied. Les seuls endroits que j'ai connu, c'est l'école et la maison. Je découvrais le vent dans les arbres, les feuilles qui craquent sous la force de mes pas, de noctures oiseaux qui éméttaient de faibles bruits. Tout ça, je ne l'ai jamais connu. Je n'ai fais que le lire dans les livres. Je n'ai fais qu'en rêver. Je frissonnes sous l'effet du vent. Cette fois, je suis libre. Je suis parvenue à sortir de la maison, grâce à ma soeur. Jamais je n'y retournerais. Finalement, je me fiche complètement de savoir ce que peux penser les parents. C'est à cause d'eux que j'ai vécut quatorze ans de travaux forcés. Qu'ils aillent se faire voir. Rien ne compte plus. Ma soeur, moi et notre avenir. C'est sur ça que je dois me focaliser. Il faut savoir avancer. Luûn, tu n'as plus à être la petite fille de service. Tu dois prendre exemple sur ta soeur. Elle est plus petite que toi. Mais elle, elle a sû grandir. Rebelle-toi. Soit forte. Et prends tes rêves pour la réalité. Oui. Toujours.

fritch fritch...

Un bruit... Qu'est-ce donc ? Il vient de la gauche. Le bruit s'amplifie. Nous nous sentons comme observées. Qu'est-ce que... Quelque chose vient de sortir des buissons, car le bruit s'est tût et de légers bruits de pas se font entendre. Ce quelque chose, il s'apprête à nous sauter dessus, tel un chasseur chassant sa proie. Je le sens. Mon instinct est formel. Il m'alarme comme une sirène dans mon cerveau.

"Nee-san ! Cache-toi !"


Starter


(Ce sont les modérateurs qui font la sélection des starters mais vous qui le choisissez parmi ceux proposés)

▬ Surnom :
▬ Race :
▬ Sexe :
▬ Le dresseur l'apprécie-t-il :
▬ Particularités (s'il en a) :
Écrire ici ; quelques adjectifs définissant le caractère de votre starter
4 lignes minimum



Pseudonyme


▬ Prénom / Surnom : Mon prénom, c'est un mystère. Mais des surnoms, Mother Of God ! Courgette, chérie, Fowi-Frite, Fowi (lol.), Souff', Minuit , ou encore Gaele :D
▬ Sexe : Feumme PEAUWEUR !
▬ Âge : 13 ans
▬ Personnage sur l'avatar : Shimy, by les Légendaires //ModeAveugle//. Mais pour des raisons de conneries d'hébergeurs, je vous demanderais de ne pas regarder trop longtemps l'avatar, parce c'est devenu trop grand, et vous risquez d'avoir un cancer de l'oeil *o*
▬ Comment as-tu découvert le forum ? : Grâce à ma pomme toute rouge d'amour, Prunelle ♥
▬ Autre Compte : Nap.
▬ Un commentaire? : Je peux épouser la bannière ?

Revenir en haut Aller en bas
Blond de la Mafia - Administrateur
Blond de la Mafia - Administrateur

avatar



Feuille de personnage
Pokédollards: 570 $P
Points: 826
Equipe:
Nombre de messages : 1079
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Luûn Tachibana, soeur de la veille ♪   13.09.12 18:06

Moderation


Désolé de l'attente mais en ce moment le staff est très occupé, je m'en excuse. Donc voici la modération.


C'est ça le problème d'un background à deux, c'est qu'il y a plein de condradiction. Comme j'ai modéré Prunelle avant toi, je vais prendre compte que son background est le vrai. Dans ton caractère tu dis qu'à l'école tu étais déjà aveugle et qu'en plus de ça, tu lisais des livres. D'accord il y a le braille mais il faudrait le préciser. Par contre, chose que je ne comprends pas, si elle ne peut pas voir, comment elle peut savoir à quoi ressemble la mer, la montagne, l'océan et tous les autres paysages. Et d'ailleurs, dans le background de Prunelle, Lûun devient aveugle dans un accident de la catastrophe donc normalement à lorsqu'elle est écolière, elle ne l'est pas encore.




Ici j'ose dire que c'est pareil. Tu dis que Lûun est la meilleur à l'école avec le sport et tout, mais je vois mal un aveugle faire du foot, de la course, ou du basket et encore moins aller dans une école normale où il pourrait se repérer normalement puisque justement il ne voit pas, il ne peut donc pas lire...
Ensuite à un moment de ton histoire tu dis qu'elle voit rentrer quelqu'un dans la cave. Donc elle est aveugle avant la catastrophe comme tu le disais tout à l'heure ou après la catastrophe ? Il faudrait savoir.
Tu parles d'une rencontre entre Dialga et Lûun. Malheureusement je ne pourrais pas t'accepter ceci car aucun des Pokémon légendaire ne pourra être intégrer dans ton histoire lors d'une rencontre physique. Le Pokémon ne peut pas apparaître devant Lûun. Elle aurait pu cependant le voir dans son esprit par exemple ce qui expliquerait que cette rencontre dans l'esprit de ton personnage peut lui donner la vue à ce moment là et que le Pokémon a pu parler. Donc pas de rencontre physique mais par exemple Lûun peut en rêver. Et donc les conséquences sont qu'il te faudra trouver une autre alternative au fait que le personne devienne aveugle.
Et comme je l'avais dit à Prunelle, le "nee-chan" dans l'histoire ne va pas. Tu écris en français, donc on reste dans le français, il faut changer ça.
Par contre, je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que ton histoire n'est pas finie puisqu'elle se finie par l'apparition de quelque chose dans les buissons. Si c'est ton Pokémon starter, tu n'as pas le droit de mentionner ça dans ton histoire donc il faut changer.
Et pour finir, aux environs de la fin de ton histoire, lorsque Lûun devient aveugle, tu utilises la première personne au lieu de la deuxième, à corriger aussi.
En dehors de ces nombreuses contradiction, j'ai beaucoup aimé l'histoire, dommage que le texte ne soit que très peu aéré.




On a vraiment mal aux yeux quand on finit de lire ta fiche. Le texte est complètement collé, il n'y a pas d'espace entre les paragraphes, on peut pas faire de pauses, c'est très dérangeant. En plus, le cadre de présentation est là pour recevoir une image 100*100, ton image des deux coeurs est trop grande et on tombe alors sur un minuscule truc qui fait encore gros pavé. Et je dois t'avouer que j'ai eu beaucoup de mal à lire et c'est vraiment dommage parce que tu écris bien.
En conclusion, il y a beaucoup de modifications à faire.







Nidoran?

Nidoran?

Pichu

Ptiravi

Lixy

Polarhume

Natu

Medhyena

Riolu
Natu est réputé pour sa vue.
Medhyena pourrait faire le chien d'aveugle.
Riolu, même s'il est aveugle, peut voir les alentours avec son pouvoir de l'aura.



__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Luûn Tachibana, soeur de la veille ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Powa :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-