AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Stats  

Partagez | 
 

 La Team Rocket est sur Unys !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: La Team Rocket est sur Unys !!   04.03.13 19:14

Tout cela avait été décidé sur un coup de tête, mais en même temps, à présent qu’Ophélie songeait un peu plus à sa situation, notre amie se disait que la réponse qu’elle avait donnée à cet agent recruteur de la Team Rocket était belle et bien la bonne, celle qui allait booster son existence et qui allait lui offrir l’aventure dont elle rêvait tant. Mais pour comprendre ce dont je vous parle, il est peut-être préférable de revenir quelques heures en arrière.

C’était au beau milieu de l’après-midi, le cadrant numérique du centre pokémon de Volucité indiquait quinze heures passées. Ophélie, vêtue de son éternel manteau beige, était entrain de vagabonder dans les rues sur son skateboard. Bien que dans ces dernières la foule était dense, notre camarade n’avait aucun mal à se faufiler et à slalomer entre tous ces promeneurs décidément bien trop lent pour elle.

Depuis quelques jours, Ophélie s’était de nouveau retrouvée à la rue, n’étant plus capable de payer le loyer de son studio, cela avait été une chose inévitable. Et qui plus est aujourd’hui, elle avait dépensé ses derniers pokédollars pour son repas de midi, autant dire que sa situation était vraiment catastrophique. Pourtant cette misère dans laquelle elle se retrouvait désormais ne semblait en rien entacher sa bonne humeur. Il faut dire que la petite demoiselle avait plus d’un tour dans son sac pour s’en sortir, et n’avait aucun scrupule à se jouer des autres pour pouvoir en tirer un quelconque bénéfice.

Cependant il y avait tout de même une chose qui embêtait notre téméraire sportive, et cela n’était rien d’autres que le fait qu’elle avait été jusqu’à présent incapable de capturer le moindre petit pokémon. Et ce n’était pas faute d’avoir essayé, mais avec que pour seules armes des cailloux et une pokéball, la tâche était décidément bien trop ardue et ce, même pour quelqu’un du tempérament d’Ophélie. Résultat dès que cette dernière croisait la route d’un dresseur se pavanant aux côtés de ses pokémons, Ophélie ne pouvait s’empêcher de ressentir une profonde jalousie et le regard qu’elle leur lançait alors était assez effrayant pour faire fuir un Malosse la queue entre les jambes. Et oui, dans ces moments là, Ophélie avait tout l’air d’une bête féroce prête à bondir au moindre faux pas.

Comme à son habitude, notre jeune demoiselle s’en alla prendre place sur son banc fétiche le long du quai de Volucité. Ce banc avait la particularité d’être le seul à faire face au centre pokémon de la métropole. Autant dire que postée à cet endroit, Ophélie intimidait tous les dresseurs des environs, aucun d’eux n’osait s’approcher à plus de trois mètres d’elle ce qui faisait que malgré elle, Ophélie devenait en quelques sortes une attraction pour les touristes. Et oui quoi de plus captivant que de voir une personne qui inspirait la peur et le respect rien que de par sa présence ? Mais Ophélie avait appris à ignorer ces visiteurs opportuns pour ne se concentrer uniquement sur ces dresseurs, ces foutus dresseurs, ces crâneurs, ces… Raah !! Ophélie ne pouvait décidément pas les blairer, et cela n’était pas prêt de changer tant que notre camarade n’aurait pas elle aussi son pokémon à elle.

La convoitise de posséder une telle créature était si grande chez notre amie, qu’elle poussait cette dernière à marchander auprès des dresseurs une éventuelle donation. Mais malgré la peur qu’elle pouvait bien leur inspirer, tous se refusaient à lui céder le moindre de leurs petits compagnons. Une bande d’égoïste, c’était ce qu’ils étaient tous aux yeux de notre miss qui était désormais prête à tout pour obtenir l’objet de ses désirs. D’ailleurs, elle ne tarda pas à le prouver lorsqu’un jeune dresseur vint à commettre une imprudence devant elle. En effet le jeune garçon avait eu le malheur de laisser traîner son sac contenant les pokéballs de ses pokémons sur un banc voisin de celui d’Ophélie. Notre amie voyant ces petites créatures à porter de main ne mit guère longtemps à réagir, elle se leva rapidement et se mit en marche direction ce petit sac rempli de trésor.

Arrivée près de sa cible, elle jeta un coup d’œil furtif en direction du dresseur, ce dernier était occupé avec une autre personne. Visiblement entrain de demander son chemin, Ophélie décida de saisir cette occasion en or et plongea sa main dans le sac du garçon, dès qu’elle eut saisi entre ses doigts une pokéball, elle la retira et fit mine de poursuivre sa route comme si de rien n’était. Mais malheureusement pour elle, le dresseur remarqua très vite sa magouille et se mit à crier haut et fort au voleur. Face à une telle tournure, Ophélie n’avait d’autres choix que de bondir sur son skate afin de prendre la fuite. Cependant elle n’eut pas le temps de s’élancer qu’elle se heurta à un adulte en uniforme.

« Hélas ma demoiselle, tu n’iras pas plus loin ! »

Un policier, mais d’où donc cet imbécile était sorti ? La prise de risque d’Ophélie venait de se solder par un cuisant échec à cause de son intervention. Elle ne pouvait même pas tenter de forcer le barrage par la force, le gaillard était vachement plus grand et plus costaux qu’elle. Et sur le temps qu’elle réfléchisse à une quelconque solution, le propriétaire du pokémon qu’elle venait de dérober les avait rejoins, et exigea de vive voix qu’on lui rendre son compagnon. Contrainte par cette supériorité ennemie, Ophélie fut bien obligée de rendre la pokéball qu’elle avait en main. C’était franchement bête, elle n’avait même pas eu l’occasion d’en profiter. Dans tous les cas, notre amie avait à présent de nouveaux ennuis sur le dos. Et oui, devant un tel méfait, il était inconcevable que ce représentant de l’ordre la laisse sagement repartir de son côté. Et une fois que la victime de cette histoire s’en fut retournée à ses occupations, l’agent de police se retourna vers Ophélie en lui adressant un regard presque aussi glaçant que le sien.

« Quant à toi petite voleuse, tu vas me suivre. »

Elle l’avait vu venir cette réplique, à un tel point que notre camarade ne put s’empêcher d’avoir un léger rictus avant de s’exécuter et de suivre l’homme. Bien qu’il ne lui avait rien dit de plus, elle se doutait fort que leur destination n’était d’autres que le commissariat de Volucité. Ophélie se voyait déjà passer quelques jours en prison, éventualité qui n’était pas trop en vue de lui déplaire. En effet avoir un toit et au moins un repas gratuit par jour n’était vraiment pas quelque chose qu’une petite vagabonde pour elle pouvait se permettre de refuser. Certes elle perdait sa liberté dans ce deal, mais c’était un mal pour un bien. Cela faisait à présent bien cinq bonnes minutes, si pas dix, que notre effrontée était occupée à suivre ce policier qui ne disait depuis leur départ plus un mot. Ce dernier s’assurait cependant qu’elle ne tente pas de lui fausser compagnie, mais bon à voir le gorille, Ophélie avait bien capté qu’elle n’avait aucune chance de réussite. Mais ce fut alors, non sans une certaine surprise, qu’elle le vit la guider hors de la rue principale, étrangement ils s’engagèrent dans une ruelle sombre fréquentée uniquement par quelques couples de Rattata faiseurs de poubelle. Ophélie ne savait pas où il l’emmenait exactement, mais elle doutait fort à présent qu’il s’agisse du commissariat de Volucité, et elle ne tarda d’ailleurs pas à avoir confirmation de ses pensées.

« Alors petite pas trop inquiète ? Pour tout te dire je ne suis pas un policier, en vérité je suis un agent de la Team Rocket infiltré sur Unys. Ce que tu as fais là à l’instant est digne d’éloge chez nous, tu m’as montré que tu avais le cran nécessaire et que tu étais dénuée de tout scrupule pour voler les pokémons d’autrui. »


L’homme sembla alors marquer une petite pause, comme s’il voulait laisser le temps à Ophélie d’enregistrer tout ce qu’il venait de lui dire. Et en effet les quelques secondes qu’il lui laissa ne furent pas de refus, déjà notre amie ignorait tout de la Team Rocket, dès lors comprendre pleinement ce que ce type lui voulait n’était pas très évident. Néanmoins au vue de ces paroles et de leur situation, notre amie se doutait qu’elle avait affaire avec une sorte d’organisation criminelle. Ce que vint lui dire ensuite cet homme vint la conforter dans ses suppositions, en effet celui-ci lui toucha deux trois mots sur ce qu’était au juste son organisation. En résumé, la Team Rocket pouvait s’apparenter à une organisation mafieuse réunissant roublards et autres méchants du monde, et dont le but était tout simplement de régner sans partage sur le monde à l’aide des pokémons.

« Je ne vais pas y aller par quatre chemins. J’ai pour mission de recruter des nouvelles recrues afin de préparer l’invasion d’Unys par la Team Rocket. Le moment venu nous aurons besoin de toute la force nécessaire pour faire plier cette région sous notre contrôle. Je voudrais que tu te joignes à nous, intègres les rangs de la Team Rocket et tu rejoindras le rang des vainqueurs de demain. »

Décidément ces paroles commençaient à prendre la tournure de celles d’une secte, et honnêtement Ophélie ne se voyait guère enrôlée dans une quelconque doctrine. Les rangs des vainqueurs ? La belle affaire, la richesse et le pouvoir qu’une telle position pouvait amener étaient loin d’être au centre des préoccupations du moment de notre camarade. Et l’homme sembla s’en apercevoir, et oui celle qu’il tentait de recruter n’était pas aussi dupe que tous les autres. Ophélie avait de l’ambition et de ce fait, elle n’était pas de celle qui suivait facilement les ordres d’un chef ou d’un groupe. Néanmoins le recruteur de la Team Rocket était beau parleur et expert dans son domaine, il n’eut aucun mal à trouver les mots justes pour plier la décision d’Ophélie dans son sens. Et oui, il avait bien compris que cette dernière n’avait pas de pokémon et semblait désirer plus que tout en posséder un.

« Bien sûr, toute personne se joignant à la Team Rocket se voit offrir un pokémon afin de pouvoir servir nos desseins. Ajouté à cela, que la Team Rocket te versera un salaire pour les missions que tu mèneras à bien… »

L’homme était plongé dans son discours exposant avantage sur avantage, mais déjà Ophélie ne l’écoutait plus que d’une oreille. Notre amie avait entendu ce qu’elle désirait, et cela lui suffisait amplement pour se passer du reste de ces détails futiles. Si elle rejoignait la Team Rocket, elle se voyait offrir gratuitement un pokémon. Une telle proposition ne pouvait décidément pas se voir être refusée. Après quoi, notre amie était libre de leur fausser compagnie dès qu’elle le désirait. Mais pour l’heure, Ophélie avait envie de voir ce qu’elle pourrait retirer d’autre de ce groupe de voleurs.

« C’est bon, tu peux arrêter tout ton blabla. Tu m’as convaincue. Alors quelle est la suite ? »


L’homme fut ravie d’entendre sa réponse, il s’empressa alors d’enchaîner sur la suite du programme.

« Sois au quai vingt quatre à vingt trois heures, l’un des nôtres viendra te chercher toi et les autres. Il finalisera ainsi ton adhésion à la Team Rocket. Tiens cela aussi. »

Il tendit alors en avant sa main face tournée vers le ciel, au creux de sa paume se trouvait un petit badge noir arborant le R rouge symbolique de la Team Rocket. Visiblement cette espèce de petit pins allait lui servir de laissez-passer pour plus tard. La vie d’Ophélie était visiblement entrain de prendre un tournant important.

Cette parenthèse faite, vous voilà plus apte à comprendre la situation dans laquelle se trouvait Ophélie au début de notre récit. Cette dernière était à présent une nouvelle fois entrain de se laisser aller sur son skate. Le temps dehors s’était bien rafraîchi et cela n’avait rien de surprenant lorsqu’on savait le soleil déjà caché sous la ligne de l’horizon et qu’on approchait tout doucement de la dite heure. Ophélie était donc en route pour le quai vingt quatre, les rues à présent désertes faisaient qu’il était pour elle plus facile et plus rapide de s’y déplacer. Vingt deux heures et cinquante minutes, Ophélie arrivait sur le lieu du rendez-vous, et comme les paroles de son recruteur l’avaient laissée entendre, elle n’allait pas être la seule à devoir attendre à côté d’une mer décidément bien calme en cette saison.

Le quai, contrairement aux rues, était assez faiblement éclairé. Ophélie pouvait de ce fait discerner que difficilement les visages de ses compagnons du soir. Etaient-ils tous là pour la même raison qu’elle ? Cela était difficile à affirmer, mais dans tous les cas, Ophélie allait être bientôt fixée car au loin on pouvait entendre le grand clocher du parc résonner faiblement jusqu’à leurs oreilles de ses onze coups témoignant que l’heure tant attendue était enfin arrivée. Un nouvel individu ne mit alors guère longtemps à faire son apparition au dessus des marches d’un escalier qui descendait à un niveau plus bas jusqu’à un entrée d’égouts. Celui-ci était vêtu d’un long manteau noir et d’une casquette de la même couleur, il tenait dans l’une de ses mains une grosse lampe-torche avec laquelle il ne manqua pas d’éclairer les visages de tout le monde. Il semblait visiblement compter le nombre de personnes présentes, et une fois cela fait, il prit la parole avec une voix légèrement enrouée par le froid.

« Que ceux qui sont là pour le rendez-vous viennent tour à tour me présenter leur badge. Une fois fait, descendez les escaliers derrière moi et attendez les instructions. »

Il y eut alors un silence qui dura quelques secondes avant que tous se mettent finalement à bouger et à former une file devant cet homme. Ophélie avait rejoins comme tous les autres les rangs, désireuse de connaître la suite des évènements, elle espérait que cette formalité soit vite passée outre. Lorsque son tour vint enfin, elle présenta son laissez-passer et fut ensuite amenée à descendre rejoindre le reste du groupe en bas. A l’entrée de cette bouche d’égout murale, une autre personne les attendait.

« Bien tout le monde est là on dirait. A présent vous allez tous me suivre, ne trainez pas en chemin, je ne m’arrêterai pas pour chercher ceux qui se perdront. »

Mais quelle bien aimable personne que voilà, se mit à penser avec ironie Ophélie, mais au final elle se fichait un peu des attentions que ce type pouvait avoir à leur égard. Elle était en effet bien plus préoccupée par l’odeur qui émanait des lieux. Nul doute qu’à vue de nez, des Tadmorv avaient dû élire domicile dans ces égouts. Leur marche commença alors, avec leurs lampes-torches les personnes qui les escortaient s’assurer d’éblouir et d’éloigner les pokémons sauvages squattant les lieux. Un vrai dédale, tantôt à gauche, tantôt à droite, le chemin qu’ils étaient entrain d’arpenter était pratiquement impossible à mémoriser pour ceux qui s’y promenaient pour la première fois. Aucun signe distinctif dans les environs ne permettait de se construire un quelconque point de repère, et ce fut finalement au bout de quinze bonnes minutes de marche qu’ils arrivèrent devant ce qui se trouvait être un mur effondré. Enjambant les divers gravas, ils poursuivirent leur route jusqu’à aboutir enfin à ce qui était ni plus ni moins un véritable petit entrepot, une véritable petite base où se trouvaient afférés une bonne vingtaine d’individus en uniforme de rocket.

« Bien vous voilà arrivés, je vous laisse entre les mains du lieutenant qui se chargera de vous former brièvement. »

Suite à ces paroles, un homme qui en imposait beaucoup plus vint leur faire face. Ce dernier était accompagné par un Mangriff qui de par ses grognements imposait le silence parmi tous les nouveaux arrivants. Mais Ophélie n’était nullement impressionnée, au contraire elle était amusée par tout cela, pour peu notre demoiselle se serait crue en plein dans un film digne du grand Pokéwood. Leur lieutenant commença alors un discours très agressif cherchant visiblement déjà à dénicher les petites natures. Mais la sélection du jour était faite principalement de loubards et autres crapules du même genre, personne donc ne se laissa démonter par ses paroles. Satisfait de voir qu’il avait affaire avec des durs à cuir, il enchaîna rapidement sur ce qui était le plus important pour Ophélie.

« Vous voyez les deux grosses caisses là-bas ? L’une contient le matos de base pour les sbires que vous êtes, quant à la deuxième elle contient des pokémons que nous avons volés. Je vous laisse deux minutes pour prendre un petit sac et une pokéball et revenir ici. Exécution !! »

Tous s’élancèrent alors vers les caisses pour saisir les dits biens, Ophélie, elle ne se pressa pas, le temps qu’elle arrive à son aise, tous les autres auront eu vite fait de faire leur choix, et notre amie n’aurait plus qu’à se servir à son tour en évitant toutes bousculades inutiles. Tous les petits sacs se ressemblaient et inutile de dire qu’il en était de même pour les pokéballs, autant dire que notre demoiselle ignorait tout du contenu de sa sélection. Les caisses furent en tout cas vite refermées et transportées en lieu sûr par quatre sbires rockets. Visiblement cet endroit ne semblait être qu’une planque provisoire, aucun équipement fixe n’y était entreposé. Dans tous les cas, Ophélie se retrouvait à nouveau comme tous les autres face à ce lieutenant.

« Vos sacs contiennent tous trois pokéballs vides, deux potions de soin, un pokédex ainsi que la somme de trois milles pokédollars. Vous êtes libres de disposer de ces ressources comme bon vous semble, mais si vous n’apportez pas satisfaction à la Team Rocket, soyez certain qu’on sera vous faire rembourser cette précieuse donation. »


Eh ben, elle ne lésinait pas sur les moyens cette organisation, et bien qu’il ne l’avait pas précisé, il était évident que tout ce matériel avait été dérobé à d’innocents dresseurs. Décidément être dans le camp du mal était amusant, Ophélie sentait qu’elle allait peut-être finalement bien se plaire au sein de la Team Rocket. Par la suite ce fut un moment de pures paperasses et d’administration, c’était qu’ils étaient très bien organisés tous ces bougres. A tour de rôle, tout le monde devait se présenter devant un bureau d’infortune où un type récoltait un minimum d’information sur eux. Et après avoir donné les renseignements demandés, Ophélie se retrouvait invitée à poser pour une photo, photo qui se retrouva quelques minutes après sur une petite carte de membre à son nom. Sur cette dernière se trouvaient en plus de sa petite frimousse un pseudonyme et un matricule, comme pseudo Ophélie avait opté pour son petit nom : Lily. Celui-ci lui avait été donné par sa famille roublarde, jusqu’à présent ce dernier n’était utilisé que de ses proches, mais désormais ce surnom allait devenir son nom de scène au sein de la Team Rocket.

« Bien à présent vous êtes officiellement des nôtres, mais n’allez pas attraper la grosse tête. Au sein de la Team Rocket vous ne valez encore rien. N’allez donc pas non plus faire n’importe quoi en notre nom, notre présence sur Unys doit encore restée secrète. On vous confira en temps et en heure des missions simples que vous devrez menés à bien. En attendant je vous invite à vous mettre par paire, nous allons commencer un entraînement au combat. »

Enfin le moment était venu, Ophélie allait découvrir quel genre de pokémon elle avait choisi et qui plus est, elle allait pouvoir livrer son premier combat pokémon. Que de nouveautés d’un coup, notre amie était impatiente et bouillonnait intérieurement. Cependant avant toute chose, il lui fallait trouver un partenaire ce qui se révéla beaucoup plus facile que prévu. En effet, elle était la seule fille parmi toutes les nouvelles recrues, résultat elle se voyait convoitée en tant qu’adversaire par tous ces gugusses qu’elle prenait plaisir à regarder de haut. Certains pensaient qu’étant une fille, qu’elle serait moins apte à se battre dans un duel pokémon ; d’autres au contraire la trouvaient tout simplement jolie et avaient envie de se rapprocher d’elle via un combat pokémon. Dans tous les cas ces derniers allaient déguster, Ophélie était gonflée à bloc.

« Bien je vois que toutes les paires sont formées, mettez vous l’un en face de l’autre et faites sortir vos pokémons ! »

L’adversaire du jour d’Ophélie était un loubard comme on en fait plus, ce dernier avait un tel bide que c’était tout juste s’il ne perdait pas l’équilibre à chacun de ses pas. L’adrénaline montait en flèche chez notre camarade, et sans plus attendre elle lança sa pokéball droit devant elle, en même tant que son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Blond de la Mafia - Administrateur
Blond de la Mafia - Administrateur

avatar



Feuille de personnage
Pokédollards: 570 $P
Points: 826
Equipe:
Nombre de messages : 1079
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: La Team Rocket est sur Unys !!   08.03.13 20:37

Un loubard est prêt à vous mettre la paté pour montrer qui est le plus fort.

Mimigal - Lvl 5


Attaques
Sniper augmenter les dégâts des attaques critiques
Dard-Venin
Secretion
Grimace




186 points.
Honnêtement, j'ai été découragé. Je m'attendais à une simple rencontre avec son Pokémon divisée en plusieurs partie. Là, même si c'est bien écrit, tu donnes pas du tout envie au lecteur. La quantité ne fait pas la qualité.


__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La Team Rocket est sur Unys !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Powa :: Administration :: Archives :: RPG-